Assassinat de Khashoggi : Sa fiancée critique l'immobilisme de la communauté internationale

Hatice Cengiz, la fiancée du journaliste saoudien, Jamal Khashoggi, assassiné dans le consulat de son pays à Istanbul en Turquie, a exprimé son profond désarroi face à l'immobilisme qui règne malgré l'horreur des actes.

 

Hatice Cengiz, la fiancée du journaliste saoudien, Jamal Khashoggi, assassiné dans le consulat de son pays à Istanbul en Turquie, a critiqué l'immobilisme des autorités américaines dans ce dossier, malgré les 7 mois écoulés.

Cengiz a participé, vendredi, à la réunion des élus du Sous-comité aux droits de l'Homme de la Commission des Affaires étrangères du Congrès américain, où elle s'est exprimé sur l'assassinat de celui qui devait être son futur mari.

"Les Etats-Unis pourraient déclencher une enquête internationale au sein du Congrès. Le président Trump pourrait mettre de côté ses relations avec l'Arabie Saoudite et demander des comptes pour ce qui est arrivé", a-t-elle déclaré.

Cette dernière a parlé de sa rencontre avec Khashoggi et exprimé son profond désarroi face à l'immobilisme qui règne malgré l'horreur des actes.

Elle a déclaré avoir cru, au début, en la volonté du président américain, Donald Trump, d'agir au sujet de l'assassinat de Khashoggi, car ce dernier l'avait invité à la Maison blanche.

"Mais malgré les 7 mois écoulés, nous en sommes toujours au même point", a-t-elle regretté.

"En réalité, le 2 octobre, ce n'est pas seulement Kashoggi qui a été assassiné mais également des grandes valeurs, des valeurs défendues par les Etats-Unis n'ont-elles pas été assassinées aussi ? a-t-elle interrogé avant de poursuivre :

"Les Etats-Unis pourraient déclencher une enquête internationale au sein du Congrès. Le président Trump pourrait mettre de côté ses relations avec l'Arabie Saoudite et demander des comptes pour ce qui est arrivé. Dans le cadre de l'enquête, les Etats-Unis peuvent demander des comptes à l'Arabie Saoudite et partager les résultats avec l'opinion publique. Être alliés, ce n'est pas seulement basé sur des intérêts, ça demande également le courage de demander des comptes au monde entier, le moment venu, sur les raisons d'un tel assassinat" a-t-elle martelé.

Elle a dit espérer que les valeurs de droits de l'Homme et de Démocratie défendues par les Etats-Unis ne resteront pas "lettre morte" inscrite dans une constitution.

"Même si nous ne pourrons jamais faire revenir Jamal, nous pouvons, pour le moins, faire pression sur l'Arabie Saoudite afin que ceux qui font l'objet de procédures pour délit d'opinion soient libérés. Il est possible d'infliger des sanctions à l'Arabie Saoudite", a-t-elle assuré.

L'élue musulmane au Congrès, Ilhan Omar a déclaré, pour sa part, ressentir au plus profond d'elle-même la douleur de Khashoggi et assuré que le Congrès fera tout ce qui est en son pouvoir.

 

 

 

 

Hakan Çopur, Ayvaz Çolakoğlu

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Donald Trump, Jamal Khashoggi, Affaire Khashoggi, Hatice Cengiz

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]