Erdogan: «Binali Yildirim est notre candidat à Istanbul»

"Nous poursuivrons nos recherches en hydrocarbures en Méditerranée Orientale, en Méditerranée du sud-est, et autour de Chypre en tant que pays-garant des citoyens turcs de Chypre", a encore déclaré le Président turc.

Le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a assuré que le candidat de son parti, le Parti de la Justice et du Développement (AK Parti), pour l’élection municipale à Istanbul, est toujours Binali Yildirim.

Le Chef de l’Etat turc a répondu aux questions des journalistes, mardi, à l’issue de la réunion hebdomadaire de son parti à l’assemblée nationale turque.

Il a été interrogé sur la décision, lundi, du Haut Conseil Electoral turc (YSK) d’annuler les élections du 31 mars à Istanbul et de convoquer un nouveau scrutin le 23 juin 2019.

Erdogan a d’abord expliqué qu’il a passé un coup de fil, quelques instants plus tôt, à Devlet Bahceli, président du Parti d’Action Nationaliste (MHP), avec qui l’AK Parti forme "l’Alliance du Peuple".

"Je lui ai souhaité un bon Ramadan et exprimé mon souhait que cette décision du YSK soit bénéfique pour notre pays", a-t-il dit.

Le Président turc a également été interpelé sur l’éventualité de présenter un autre candidat, à la place de Binali Yildirim.

"Ceux qui font e telles affirmations ne connaissent pas la législation. Une telle chose n’est pas à l’ordre du jour. Les candidats sont connus, et notre candidat est Binali Yildirim", a-t-il assuré.

Au sujet de la prochaine visite en Turquie du président américain, Donald Trump, Erdogan a répondu que la date précise n’a pas encore été définie.

La question des forages en Méditerranée Orientale a également été rappelée au Chef de l’Etat.

Des responsables américains et européens ont, ces derniers jours, appelé la Turquie à mettre fin à ces forages dans cette région.

"Nous poursuivons actuellement notre propre programme et continuerons ainsi, a-t-il déclaré. Nous ne nous préoccupons pas des positions des autres. Nous poursuivrons nos recherches en hydrocarbures en Méditerranée Orientale, en Méditerranée du sud-est, et autour de Chypre en tant que pays-garant des citoyens turcs de Chypre."

Enfin, à une question concernant un nouveau "processus de résolution", comme ce fut le cas il y a quelques années autour de la question kurde, Erdogan a rejeté cette hypothèse.

Lundi, les avocats du chef de l’organisation terroriste PKK, Abdullah Ocalan, avaient pu lui rendre visite dans sa prison 8 ans après la dernière visite. Ce qui a ouvert la voie à des théories concernant un nouveau processus de résolution.

"Il n’est pas question d’un processus de résolution, a-t-il lancé, avant de demander aux journalistes : "8 ans après ?".

"Peut-être que les avocats n’ont pas pu y aller, mais les autres visites, qu’en faites-vous ? Sa famille, ils ne comptent pas ? Il y a à peine quelques jours, son frère Mehmet lui a rendu visite", a-t-il conclu.

 

 

 

Sinan Uslu, Ali Kemal Akan, Tuncay Çakmak

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: binali yildirim, Le Président turc Recep Tayyip Erdogan, Élections Istanbul

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]