«C'est de l'arrogance que de proposer d'acheter le pétrole à un autre pays au lieu de l'Iran»

Propos du ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu concernant la fin des exemptions américaines sur le pétrole iranien.

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a fustigé la position américaine proposant d’acheter le pétrole à certains pays au lieu de l’acheter à l’Iran, après avoir annoncé que les exemptions accordées à certains pays sur le sujet ne seront pas renouvelées au-delà du 2 mai prochain.

Le Chef de la diplomatie turque a une nouvelle fois critiqué la décision américaine de ne pas reconduire les exemptions accordées à plusieurs pays, dont la Turquie, leur permettant de continuer à acheter du pétrole iranien malgré l’embargo américain.

Mevlut Cavusoglu s’est exprimé sur le sujet, lundi, lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue du Tadjikistan, Sirodjidin Mukhriddin.

Le ministre turc a été interrogé par les journalistes au sujet de la décision américaine de mettre fin aux exemptions sur le pétrole iranien.

"La Turquie est opposée à ce type de contraintes, elle l’exprime depuis le début, et nous ne les acceptons pas", a-t-il d’abord affirmé, ajoutant qu’Ankara s’efforce d’expliquer aux responsables américains que ce genre de sanctions causent de nombreux torts au peuple iranien.

Mevlut Cavusoglu a ensuite fustigé les propos de responsables américains mettant en avant le pétrole saoudien ou émirati, pour répondre à la demande une fois que le pétrole iranien ne sera plus sur le marché mondial.

"C'est de l'arrogance que de proposer d'acheter le pétrole à un autre pays au lieu de l'Iran, es-tu le responsable des ventes de ces pays ?", a-t-il lancé, critiquant ainsi les propos de son homologue américain, Mike Pompeo.

"Ils (les Américains) savent très bien que le pétrole des pays qu’ils proposent est beaucoup plus cher. C’est une grave erreur que le ministre d’un pays tiers face la commercialisation du pétrole de ces pays. Du point de vue politique et éthique, c’est totalement incorrect, et du point de vue du commerce, c’est inconcevable, l’organisation mondiale du commerce a des règles bien strictes sur ce sujet", a-t-il poursuivi.

Et d’ajouter :

« Les Etats-Unis vont agir en ennemi contre l’Iran avec le soutien d’Israël, et de l’autre côté ils vont augmenter les ventes de pétrole des pays avec qui ils sont proches. C’est du jamais vu dans le passé ».

Plus tôt dans la journée, la Maison Blanche avait annoncé que les exemptions accordées à certains pays ne seraient pas reconduites.

Huit pays – la Turquie, l’Inde, la Chine, la Corée du Sud, l’Italie, la Grèce, le Japon et Taiwan – avaient obtenu en décembre 2018 des exemptions leur permettant de continuer d’acheter du pétrole iranien jusqu’au 2 mai 2019.

Les autorités américaines ont également annoncé qu’un accord tripartite entre les Etats-Unis, l'Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis a été trouvé pour satisfaire la demande mondiale en cas de besoin.

 

 

Tevfik Durul, Zuhal Demirci, Tuncay Çakmak

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]