MAE turc: «La décision américaine sur les Gardiens de la Révolution est dangereuse»

"Nous ne reconnaissons pas et ne reconnaitrons pas ce genre de décisions", a encore déclare le Chef de la diplomatie turque sur le Golan, lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue iranien Javad Zarif.

Photographie : Fatih Aktaş, Agence Anadolu, 17 avril 2019 à Ankara, en Turquie

 

 

 

 

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a critiqué la décision américaine de placer les Gardiens de la révolution iranienne sur la liste des organisations terroristes.

Le Chef de la diplomatie turque a reçu, mercredi à Ankara, son homologue iranien, Mohammad Javad Zarif.

Les deux ministres ont tenu une conférence de presse conjointe à l’issue de leur entretien.

Interrogé par un journaliste sur les politiques américaines contre l’Iran, Mevlut Cavusoglu a rappelé l’opposition d’Ankara à ce sujet.

"Notre conscience n’accepte pas que nos frères iraniens soient punis. Nous pensons aussi que ces décisions américaines mettent en péril la stabilité, la paix et la situation économique de la région. Pour cette raison, en tant que Turquie nous y sommes opposés", a-t-il expliqué.

Le ministre turc a poursuivi en insistant sur le fait que les politiques excluant l’Iran sont contre-productives, soulignant la coopération d’Ankara avec Téhéran sur la question syrienne notamment, alors que les deux pays ne partageaient pourtant pas au début les mêmes approches.

"Nous continuons de travailler ensemble, avec l’Iran et la Russie, autour de tous les sujets en faveur d’une paix durable en Syrie, comme par exemple le retrait des forces américaines de ce pays. Par ailleurs, le monde entier constate nos efforts sincères pour la création d’une commission constitutionnelle en Syrie", a-t-il dit.

Face à cette intense coopération avec l’Iran, le Chef de la diplomatie turque a répété qu’Ankara s’oppose aux décisions américaines contre ce pays, comme le retrait unilatéral de l’accord sur le nucléaire, ou la décision de classer les Gardiens de la révolution parmi les groupes terroristes.

"C’est une décision dangereuse et malvenue. Il n’est pas raisonnable de placer les institutions officielles d’un pays dans la catégorie terroriste quand vous avez de mauvaises relations avec ce pays. Les relations peuvent s’améliorer, ceci est évolutif. C’est un signe de manque de sincérité dans la lutte contre le terrorisme. Si tous les pays font de même et placent les armées régulières des autres pays parmi les organisations terroristes, de sérieux problèmes éclateront sur la scène internationale. Cela peut mener au chaos, il faut être extrêmement vigilant", a-t-il ajouté.

Par ailleurs, Mevlut Cavusoglu a répété que la Turquie ne reconnaitra pas la décision américaine concernant le Plateau du Golan, territoire syrien occupé illégalement depuis des décennies par Israël.

"Nous avons à de nombreuses reprises exprimé que les décisions unilatérales de Washington endommagent le système international. Offrir le Golan à Israël est contraire au droit international. Cette décision ne peut que raviver les tensions dans la région. Nous ne reconnaissons pas et ne reconnaitrons pas ce genre de décisions", a-t-il martelé.

 

 

 

Tevfik Durul, Ahmet Dursun, Muhammet İkbal Arslan, Ahmet Furkan Mercan, Tuncay Çakmak

 

 



Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]