Kalin : Les USA ne prendront pas le risque de perdre la Turquie

Après avoir insisté sur le fait que le président turc, Recep Tayyip Erdogan, attache beaucoup d'importance à sa relation avec son homologue américain, Donald Trump, le porte-parole de la présidence turque, Ibrahim Kalin, a dit ne pas croire que les Etats-Unis prendront le risque de perdre un allié et un ami comme la Turquie.

Le porte-parole de la présidence turque, Ibrahim Kalin a déclaré, à propos des relations compliquées entre la Turquie et les Etats-Unis, "je ne crois pas que les Etats-Unis prendront le risque de perdre un allié et un ami comme la Turquie."

Kalin s'exprimait, lundi, lors de la séance d'ouverture de la Conférence économique annuelle Turquie-Etats-Unis, organisé par le Conseil des relations économiques extérieures (DEIK) et le Conseil d'Affaires Turquie-Etats-Unis (TAIK), dont la 37ème session a démarré dans la capitale américaine, Washington.

"Notre président (Recep Tayyip Erdogan) croit toujours à une relation forte, bonne et productive avec les Etats-Unis. C'est pourquoi nous attachons beaucoup d'importance à nos relations individuelles avec le président (Donald) Trump. Et nous espérons que les autres décideurs de Washington verront, ici, le dessin d'ensemble. Je ne crois pas que les Etats-Unis prendront le risque de perdre un allié et un ami comme la Turquie", a-t-il affirmé.

Kalin a invité les autorités américaines à privilégier la voie du dialogue avec la Turquie, plutôt que celle des menaces et des sanctions.

"Pour les Etats-Unis, faire miroiter les sanctions contre la Turquie sera contre-productif. Nous avons de nombreux domaines importants de coopérations avec les Etats-Unis. Comment voulez-vous atteindre tous ces objectifs avec des menaces et des sanctions", a-t-il souligné.

Le responsable turc a notamment rappelé qu'avant de se tourner vers le système de défense russe, S-400, la Turquie a fait une demande officielle auprès des autorités américaines et exprimé clairement sa volonté d'acheter des systèmes américains, mais que l'offre américaine n'avait été satisfaisante.

"La décision concernant les S-400 ne s'est pas prise en une nuit. Le paquet proposé par les Etats-Unis ne comblait pas totalement nos besoins. Nous avons mené le processus d'acquisition de S-400 de manière transparente", a-t-il souligné, avant d'ajouter en réponse à la menace américaine d'exclure la Turquie du projet F-35, "cela ne revient pas seulement à sanctionner la Turquie mais également à altérer l'ensemble du projet."

Kalin a notamment critiqué le soutien apporté par les Etats-Unis à l'organisation terroriste YPG/PKK en Syrie.

"A cette période où nous menons une guerre forte, grande et à succès contre l'organisation terroriste PKK sur le territoire turc, tout soutien apporté au YPG/PKK en Syrie revient à soutenir, directement ou indirectement le PKK", a-t-il martelé.

Il a également mis en garde contre les membres de l'organisation terroriste FETO, responsable de la tentative de coup d'Etat du 15 juillet 2016 et la mort de 251 civils en Turquie, présents aux Etats-Unis.

"Maintenant, les terroristes du FETO font tout leur possible pour empoisonner les relations entre la Turquie et les Etats-Unis", a-t-il assuré.

 

 

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 



Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]