Faible intérêt du public pour les festivités du Newroz à Diyarbakir

Publié par Nur Gülsoy le . Publié dans Actualité Turquie

Les habitants de la région réagissent contre les hostilités de l'organisation terroriste PKK, et face au Parti démocratique des peuples (HDP) qui n'a pas pris nettement position contre ces agissements.

AA - Diyarbakir - Nur Gülsoy - Le public s'est peu intéressé aux festivités du Newroz dans la province turque de Diyarbakir (sud-est).

Ce faible intérêt a été considéré comme une réaction contre l'organisation terroriste PKK et le Parti démocratique des peuples (HDP, opposition).

Le préfecture de Diyarbakir a autorisé l'organisation des festivités du Newroz, lundi, assumée par le Comité d'organisation du Newroz dont le Congrès de la Société démocratique (DTK), dans le district de Baglar.

Les festivités attiraient, dans les années précédentes, un public nombreux en provenance des villes et districts voisins. Cela n'a pas été le cas en 2016, d'après les observations.

Le quotidien s'est poursuivi dans la ville, les commerçants ont ouvert leur magasin et les élèves sont partis à l'école.

Les autobus préparés par la mairie de Diyarbakir pour transporter les participants dans la zone des festivités étaient vides.

Le public a estimé que ce faible intérêt signifiait une réaction contre le PKK qui n'a pas respecté sa promesse d'abandonner les armes, et le HDP élu au Parlement qui n'a pas pu adopter une position nette face au terrorisme du PKK.

Les habitants de la région réagissent contre le PKK, dont les attaques les avaient incités à quitter leur maison et à se déplacer. Les gens sont aussi critiques à l'égard du HDP qui s'est tu devant ces hostilités. Ils sont importunités par une invitation à des festivités alors que les attaques terroristes contre les agents de sécurité et les civils se poursuivent dans la région.

Le commerçant M.C. a déclaré à l'Agence Anadolu, qu'ils sont victimes des hostilités, raison pour laquelle beaucoup de gens ont refusé de participer aux fêtes.

"Ceux qui parlent le plus de la paix et font de ces régions une zone de conflit, ne peuvent rassembler qu'une poignée de gens aux fêtes, a-t-il affirmé. Ceux qui participaient aux festivités de Newroz dans les années précédentes, réclamaient la paix. Maintenant, nous avons des proches de famille dont les maisons ont été creusées pour faire des tunnels. Mais eux, ils dansent comme si rien ne s'était passé."

Pour sa part, A.A. a dit que peu de gens se sont rendus aux festivités, car ils devaient réagir contre ceux qui ont provoqué leurs douleurs.

H.D. a insisté sur la fraternité, déplorant aussi la mort des agents de sécurité: "Personne n'est parti fêter le Newroz là-bas. Qu'est ce qu'ils [les terroristes] ont fait de cette région, voyons? Les Kurdes et les Turcs sont des frères."

 
Ömer Yasin Ergin, Şükrü Gündüz, Şerife Adıyaman, Sema Kaplan, Qualid Filsde Mohamed Chine

 

Turkey

Mots-clés: Turquie, nevruz, newroz, turquie newroz, turquie nevruz, Nur Gülsoy

Imprimer