« Turcofagos », « Vienne 1683 » et « 1571 », les messages anti-Turcs du terroriste de Christchurch

L’expression « migrants, bienvenus en enfer ! », était également marquée sur l’arme de l’auteur de cette boucherie.

L’auteur des deux attaques terroristes qui ont visé, vendredi, deux mosquées dans la ville néo-zélandaise de Christchurch avait laissé plusieurs messages racistes et xénophobes adressés aux Turcs et à l’Empire ottoman.

D’après une séquence vidéo qu’il a diffusé sur internet, Brinton Tarent, 28 ans et originaire d’Australie, avait inscrit sur son fusil qui a servi au massacre : « Turcofagos » qui signifie « mangeurs de turcs » en grec. Il s’agit de groupes qui ont vécu en Grèce au 19ième siècle et qui étaient connus pour leurs massacres contre les Turcs.

D’autres inscriptions étaient sur l’arme du terroriste, à l’instar de « Vienne 1683 » et « 1571 », qui sont deux dates symbolisant des échecs militaires turcs à l’époque ottomane. L’expression « migrants, bienvenus en enfer ! », était également marquée sur l’arme de l’auteur de cette boucherie.

Un morceau musical serbe était en arrière plan de cette vidéo. Il faisait allusion à Radovan Karadžić plus communément appelé « l’assassin de Bosnie ». Un homme politique serbe responsable de génocide, de crimes de guerre et de crime contre l’humanité contre les musulmans de Bosnie entre 1992 et 1995.

Tarent a également expliqué les motifs qui l’ont poussé à commettre cet acte terroriste. Il a ainsi déclaré en s’adressant aux Turcs : « sur vos terres, sur la rive Est du Bosphore vous pouvez vivre en paix, si vous vous établissez en terre européenne, à l’ouest du Bosphore, nous vous tuerons et nous vous expulserons».

Il a ajouté : « bientôt, nous serons à Constantinople, nous détruirons les mosquées et les minarets. Sainte-Sophie, nous te libérerons et Constantinople sera aux mains d’un roi chrétien. Rentrez chez vous, tant que vous en avez encore l’occasion ».

Plus tôt dans la journée de vendredi, deux attaques terroristes ont visé deux mosquées dans la ville néo-zélandaise Christchurch à l'heure de la Grande prière, faisant 49 morts, selon la police néo-zélandaise. Trois hommes et une femme suspectés d’avoir orchestré ces deux attaques ont été arrêtés.

 

 

Ala Abu Alinine, Mohammed Maher Ben Romdhane

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 



Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]