France / Attentat raté à Notre-Dame : 25 et 30 ans de prison pour les principales accusées

Le procès dit « des bonbonnes de gaz » ouvert depuis le 26 septembre c’est clôturé lundi soir par un délibéré très lourd, confirmé aux réquisitions du parquet national antiterroriste.

 

Les deux principales instigatrices de l’attentat raté, en 2016, à proximité de la cathédrale Notre-Dame de Paris, Ornella Gilligmann et Inès Madani ont été condamnées à 25 et 30 ans de prison, par la Cour d’assises spéciale de Paris. Une troisième femme, Sarah Hervouët, liée à cet attentat raté a été condamnée à 20 ans de prison.

Le verdict a été prononcé lundi est largement repris par les médias français.

Les faits remontent au 4 septembre 2016, lorsque les deux instigatrices principales avaient fomenté un attentat à la voiture piégée en plein centre de Paris, mais les bonbonnes de gaz n’avaient pas explosé à cause d’une erreur dans l’hydrocarbure utilisé pour provoquer la déflagration.

Les trois terroristes avaient été arrêtées quelques jours plus tard. Ornella Gilligmann avait été arrêtée le 6 septembre 2016 dans le sud de la France alors qu’elle t’entrait de quitter le pays, alors qu'Inès Madani et Sarah Hervouët avaient été arrêtées le 8 du même mois en région parisienne grâce à des écoutes téléphoniques.

Toutes les trois avaient reconnu, lors de leur interrogatoire, les faits et le mobile terroriste.

Le procès dit « des bonbonnes de gaz » ouvert depuis le 26 septembre c’est clôturé lundi soir par un délibéré très lourd, confirmé aux réquisitions du parquet national antiterroriste.

Ornella Gilligmann et Inès Madani, toutes deux de nationalité française et à l’origine de l’attentat raté, ont logiquement écopé des peines les plus lourdes et purgeront respectivement 25 et 30 ans de réclusion criminelle, selon le journal Le Parisien.


Sarah Hervouët, contact des principales instigatrices, a été condamnée pour sa part à 20 ans de prison pour avoir, dans un premier temps, envisagé d’assassiner le maire de Cogolin, la ville du sud est où elle résidait, avant de, finalement, agresser au couteau un agent de la direction générale de la sécurité intérieure en région parisienne.

Le point commun entre les trois condamnées reste leur mentor. Les enquêteurs ont pu établir avec certitude qu’elles avaient été téléguidées depuis la Syrie par le terroriste de Daech Rachid Kassim (décédé en Irak en 2017), et très connu des services antiterroristes pour avoir notamment été le cerveau de l’attentat de Magnanville qui avait coûté la vie à un couple de policiers en 2016.

 

 

Fawzia Azzouz, Lassaad Ben Ahmed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: France, justice, attentat, france terrorisme, attentat france, france justice, Notre-Dame, Notre-Dame de Paris

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]