France / Budget 2020 : la Cour des comptes alerte sur le «déficit structurel»

Ce déficit ne se réduirait pas en 2019, contrairement aux engagements européens de la France.



La Cour des comptes française a affirmé, mardi, que le « déficit structurel » de la France « ne se réduirait (...) pas en 2019, contrairement aux engagements européens» de Paris.

La cour des comptes s’exprimait dans un nouveau rapport publié mardi matin sur son site internet.

« La dette publique rapportée au PIB devrait recommencer à augmenter, à rebours de l’évolution de la majorité de ses partenaires européens », tranche la Cour, dans son analyse des comptes publics.

Pour 2019, le programme de stabilité prévoit un déficit de 3,1 points de PIB.

La Cour des comptes alertes, cependant, des risques de dépassement de cet objectif, précisant que les dépenses de l'Etat s’élèvent à 4,3 milliards d'euros, dont 1,5 correspond aux mesures d’économies destinées à financer en partie les décisions annoncées fin 2018.

Ces mesures n’ont pas été précisées et n’ont pas fait l’objet d’un texte présenté à l’approbation du Parlement, constate l'autorité judiciaire.

Dans leur publication, les magistrats de la Cour ont effectué un certain nombre de rappels, dont le fait que « le déficit public s’est de nouveau réduit en 2018, à 2,5 points de PIB, mais plus faiblement qu’en 2017 ».

La Cour des comptes alerte vigoureusement le ministère des Finances, en mettant en lumière « la trajectoire 2020-2022, qui ne prend pas en compte les mesures annoncées, fin avril, à la suite du Grand Débat national » et qui serait donc « affectée de nombreuses fragilités » et « diverge de celle de nos voisins et n’est pas cohérente avec la loi de programmation des finances publiques de janvier 2018».

S’agissant de ce même budget à venir, « la trajectoire des finances publiques de la France devrait s’écarter encore davantage de celle de la plupart de ses partenaires » fustige le rapport avant de préciser qu’il « paraît (...) peu probable que le coût de 6,5 milliards d’euros » des mesures annoncées pour répondre à la crise des « gilets jaunes » « puisse être intégralement compensé dès 2020 par la suppression de niches fiscales et sociales ».

« Compte tenu de ses niveaux élevés de dette et de déficit, la France disposerait de peu de marges de manœuvre pour faire face à un ralentissement conjoncturel ou un choc financier », tranchent, enfin, les magistrats auteurs du rapport.

 

 

 

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: France, deficit budgetaire

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]