France : Des journalistes sous pression pour avoir divulgué des documents secrets

France : Des journalistes sous pression pour avoir divulgué des documents secrets

La France se précipite pour enquêter sur ses reporters mais accueille un journaliste turc en fuite accusé d'espionnage.

 

La France a ouvert jeudi une enquête sur trois journalistes pour "atteinte aux secrets de la défense nationale", faisant référence à l'un de leurs reportages sur des armes françaises prétendument utilisées au Yémen déchiré par la guerre.

Selon une déclaration commune de plusieurs organes de presse français, les procureurs français ont exhorté les journalistes à faire une déclaration à ce sujet, affirmant que des armes vendues aux Émirats arabes unis (EAU) et à l'Arabie saoudite étaient utilisées au Yémen.

La déclaration soulignait que l'histoire se basait sur un document classifié du 25 septembre 2018 appartenant à un organisme lié au ministère de la Défense.

Les médias français ont qualifié l'enquête d'enquête de tentative d'atteinte à la liberté de la presse et ont souligné que le public français avait le droit de connaître les ventes d'armes à des pays accusés de crimes de guerre.

L’histoire en question affirmait que des armes françaises étaient utilisées contre les Houthis du Yémen, les rebelles qui dominent une grande partie du pays depuis 2014, après l’éclatement de la guerre civile.

Selon l'article, entre mars 2016 et décembre 2018, 35 civils ont été tués dans 52 attaques par des obusiers français. De plus, il a souligné qu'il existait 70 avions de chasse et chars de combat français - vendus aux EAU dans les années 1990 - utilisés dans le conflit au Yémen.

 

Position contradictoire sur les accusations d'espionnage

Les autorités françaises n'ont pas tardé à ouvrir une enquête, accusant les journalistes de compromettre les secrets de la défense nationale.

Cependant, leur attitude contrastait vivement avec le traitement réservé à Can Dundar, un journaliste turc en fuite accusé d'avoir divulgué des documents d'État classifiés.

En mai 2016, une haute cour criminelle d'Istanbul a condamné Dundar à la suite de la publication d'images prétendant montrer des armes transportées en Syrie dans des camions appartenant à l'Organisation nationale du renseignement (MIT) turc.

Dundar a été arrêté en novembre 2015 et maintenu en prison jusqu'au 26 février 2016, lorsque la Cour constitutionnelle turque a statué que ses droits avaient été violés et a ordonné sa libération.

En mars 2018, la Cour suprême d’appel de Turquie a condamné Dundar de 15 à 20 ans de prison pour espionnage.

Mais l'automne dernier, la France a fermé les yeux sur les décisions des autorités judiciaires turques et ignoré les accords d'extradition entre les deux pays.

En septembre 2018, le président français Emmanuel Macron a accueilli le journaliste en fuite et s'est entretenu avec lui pendant quasiment une heure à l'Elysée, sa résidence officielle.

 

 

 

Yusuf Özcan, Ali Murat Alhas, Ümit Dönmez

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


ACTUALITÉ CONNEXE FRANCE / YÉMEN

 

L'Allemagne reprend la vente d'armes aux pays qui bombardent le Yémen
28 mars 2019

La France en colère alors que l'Allemagne gèle la vente d'armes à l'Arabie Saoudite
26 mars 2019

 


ACTUALITÉ CONNEXE CAN DUNDAR / TURQUIE

 

Turquie: Mandat d'arrêt émis contre Can Dundar
5 décembre 2018

Merkel souligne les intérêts stratégiques communs avec la Turquie
28 septembre 2018

Turquie: Des journalistes sont condamnés à des peines pour inculpations liées au terrorisme
25 avril 2018

Can Dündar, nommé Citoyen d’Honneur de la Ville de Paris
8 novembre 2016

Turquie: Garde à vue et perquisitions au journal Cumhuriyet
31 octobre 2016

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]