Le secrétaire général de l'ONU est optimiste une résolution à Chypre

Le secrétaire général de l'ONU est optimiste pour une résolution à Chypre

Antonio Guterres appelle à éviter l'escalade des tensions sur les ressources naturelles de l'île.

 

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a déclaré lundi au Conseil de sécurité qu'il restait encore de l'espoir de trouver une solution globale au différend concernant Chypre, selon un rapport.

Guterres a déclaré qu'il pensait que "les perspectives d'un règlement global entre les communautés de l'île restent vivantes".

Il a souligné que l'absence de résolution de la question chypriote n'était pas durable.

Mais avant de pouvoir reprendre les négociations à part entière, les parties doivent se mettre d'accord sur un "point de départ" sous la forme d'un mandat, a-t-il souligné.

António Guterres a également déclaré que tout devait être mis en œuvre pour éviter une escalade inutile et poursuivre le dialogue sur la question des ressources naturelles de l'île.

«Je réitère une fois de plus que les ressources naturelles découvertes à Chypre et dans ses environs devraient profiter aux deux communautés et inciter fortement toutes les parties concernées à œuvrer résolument pour une solution durable et mutuellement acceptable», a-t-il déclaré.

Le statut de l'île de Chypre n'a toujours pas été résolu en dépit d'une série de discussions sous l'égide des Nations unies entre la République turque de Chypre du Nord (RTCN) et l'administration chypriote grecque.

Chypre est divisée depuis 1974, lorsqu'un coup d'Etat chypriote grec a été suivi de violences contre les Turcs de l'île, ce qui nécessité l'intervention d'Ankara en tant que puissance garante.

Diverses intiatives approfondies dont des processus de paix ont pris place ces dernières années, notamment la dernière initiative en Suisse sous les auspices de pays garants, à savoir la Turquie, la Grèce et le Royaume-Uni; une qui s'est achevée sans conclusion en 2017.

La Turquie accuse l'intransigeance chypriote grecque d'être responsable de l'échec des négociations, reprochant également à l'Union européenne d'avoir admis Chypre alors qu'elle demeure une île divisée, après que des électeurs chypriotes grecs avaient rejeté un accord de paix accepté par les électeurs chypriotes turcs.

Le rapport du président de l'ONU doit être présenté au Conseil de sécurité des Nations Unies le 30 octobre.

 

Betul Yuruk, Ahmet Salih Alacacı, George Albert Bernard, Ümit Dönmez


Photographie : Archive, Agence Anadolu


 


 

L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


 

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]