L'ambassadeur géorgien salue les relations excellentes avec la Turquie

L'ambassadeur géorgien salue les relations excellentes avec la Turquie

Irakli Koplatadze déclare que les projets entre les deux pays, d'oléoduc, de gazoduc et de chemin de fer couronnent 25 ans de coopération stratégique.

La Géorgie et la Turquie ont "remodelé le paysage géopolitique" pour assurer la sécurité et la prospérité de leurs pays et de la région au sens large, reliant l'Est et l'Ouest, l'Asie et l'Europe.

Dans un entretien accordé  à l'occasion du centenaire de la fondation de la première République démocratique de Géorgie, l'ambassadeur de Géorgie à Ankara, Irakli Koplatadze, a rappelé que les deux pays entretiennent d'excellentes relations bilatérales et multilatérales dans les forums internationaux dans le cadre de l'ONU, de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et du Conseil de l'Europe.

«L'oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan, le gazoduc Bakou-Tbilissi-Erzurum, la construction du chemin de fer Bakou-Tbilissi-Kars et le gazoduc trans-anatolien [TANAP] couronnent un quart de siècle de coopération stratégique, avec la cérémonie d'inauguration de ce dernier qui se tiendra à Eskisehir le 12 juin 2018", a souligné Koplatadze.

Notant que la Turquie a été l'un des premiers pays à reconnaître la restauration de l'indépendance de la Géorgie il y a 26 ans, il a affirmé que le pays soutenait sans réserve la souveraineté, l'intégrité territoriale et la politique de non-reconnaissance des territoires occupés de la Géorgie, ainsi que ses aspirations européennes".

L'ambassadeur géorgien a exposé qu'en tant que pays aspirant à l'OTAN et le plus grand contributeur non-OTAN en Afghanistan, la Géorgie compte sur le fort soutien de la Turquie au prochain Sommet de Bruxelles 2018, qui marquera le 10ème anniversaire de la Commission OTAN-Géorgie.

La Turquie contribue également à la mise en œuvre des éléments du "Paquet Substantiel OTAN-Géorgie" (The Substantial NATO-Georgia Package, SNGP), a-t-il ajouté, un ensemble d'initiatives visant à renforcer les capacités de défense de la Géorgie et à renforcer la coopération et l'interopérabilité avec les membres de l'OTAN.

De plus, "la Turquie est le premier partenaire commercial de la Géorgie avec un commerce bilatéral de 1,6 milliard de dollars US au premier trimestre de 2018. La Turquie est devenue l'un des principaux investisseurs en Géorgie avec une part de 15% dans le total des investissements directs étrangers (IDÉ). Au cours des deux dernières années, les investissements turcs en Géorgie ont monté en flèche de 211% ", a déclaré Koplatadze, faisant référence à des augmentations de 175% en 2016 et de 36% en 2017.

"En outre, nous bénéficions d'un régime sans visa, grâce auquel les citoyens des deux pays peuvent voyager sans passeport et en utilisant uniquement des cartes d'identité, ce qui a déclenché des relations interpersonnelles", a-t-il souligné.

"L'aéroport de Batoumi [International] est le seul aéroport d'usage commun de la région fonctionnant selon le modèle dit suisse, permettant aux citoyens turcs d'utiliser tous les avantages comme s'ils volaient sur le territoire national. En effet, le nombre de touristes et de visiteurs a augmenté de façon spectaculaire: environ 1,3 million de Turcs ont visité la Géorgie et environ 2 millions de Géorgiens ont visité la Turquie en 2017. Au cours des trois premiers mois de 2018, le nombre de touristes turcs a augmenté de 22%. Il est de la plus haute importance que la reconstruction du poste-frontalier de Sarpi par la partie turque soit achevée d'ici la fin de 2018."

 

« C'est dans le besoin que l'on reconnaît ses vrais amis »

Koplatadze a déclaré aujourd'hui, un siècle plus tard, qu'il est fier de dire que "la stabilité, la sécurité et la prospérité de la Turquie signifient la stabilité, la sécurité et la prospérité pour la Géorgie, et vice versa".

"Un ami [solidaire] dans le besoin est un ami en effet", a-t-il dit. "C'est pourquoi la Turquie a mis en place des douzaines de vols pour combattre les feux de brousse en Géorgie, c'est pourquoi le Premier ministre géorgien, son Excellence Monsieur Giorgi Kvirikashvili, a été le premier leader mondial à Ankara à organiser le premier Conseil de coopération stratégique de haut niveau, co-dirigé par les premiers ministres, et à soutenir le peuple turc et le gouvernement démocratiquement élu trois jours après la tentative de coup d'État du 15 juillet 2016. C'est pourquoi, ensemble avec la communauté internationale, nous sommes unis pour lutter contre le terrorisme pour faire de la région un meilleur endroit où vivre. "

 

La Turquie soutient l'intégrité territoriale de la Géorgie

Le ministre turc de la Défense nationale, Nurettin Canikli, a déclaré samedi que son pays estimait que les différends entre la Géorgie et l'Ossétie du Sud pouvaient être résolus sur la base des frontières internationalement reconnues du pays.

Canikli était à Tbilissi, capitale de la Géorgie, pour assister aux événements du 100ème anniversaire de la fondation du pays.

Lors de sa visite en Géorgie, Canikli a participé à une réunion au parlement géorgien où il a rappelé que la Turquie soutenait l'intégrité territoriale et la souveraineté de la Géorgie.

Par ailleurs, dans un communiqué, le ministère turc des Affaires étrangères a également souligné que la Turquie soutenait fermement l'intégrité territoriale de la Géorgie et que la Turquie ne reconnaissait pas les soi-disant indépendances de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud.

"En tant que Turquie, nous pensons que les litiges en Abkhazie et en Ossétie du Sud seront résolus dans les frontières internationalement reconnues de la Géorgie, et sur la base de l'intégrité territoriale et de la souveraineté du pays", a déclaré M. Canikli.

Il a noté que la Turquie soutenait toujours l'adhésion de la Géorgie à l'OTAN et son intégration à d'autres organisations de l'Europe et de l'Atlantique.

La Géorgie milite depuis longtemps pour l'adhésion à l'Union Européenne (UE) et à l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN), des aspirations qui ont été exacerbées par l'invasion russe de 2008, qui a entraîné la séparation de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud du contrôle de Tbilissi.

Tbilissi a mené une guerre de cinq jours contre les forces russes sur ses territoires en 2008 mais a perdu le contrôle des deux d'entre eux. La Russie a ensuite, unilatéralement reconnu l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie comme des États indépendants.

 

Sarp Özer, Can Erözden, Monis Bin Ali, Dildar Baykan, Satuk Buğra Kutlugün, George Albert Bernard, Ümit Dönmez

Photographie : L'ambassadeur de Géorgie en Turquie Irakli Koplatadze, Agence Anadolu

 


 


 

 


 

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]