La MAE autrichienne appelle à l'empathie avec la Turquie

La MAE autrichienne appelle à l'empathie avec la Turquie

Publié par Ümit Dönmez le . Publié dans Actualité Europe

« Malgré le terrorisme, les gens parviennent à se tenir debout », affirme Karin Kneissl.

La ministre autrichienne des Affaires étrangères, Karin Kneissl a exprimé mercredi sa compassion pour la Turquie, la qualifiant de victime du terrorisme.

"Je ne veux rien oublier, mais malgré toutes les critiques, vous devriez aussi vous mettre à la place de la Turquie pendant cinq minutes", a déclaré Kneissl dans un entretien avec le journal allemand "Die Welt", évoquant les attaques terroristes que le pays a connues les années passées.

Kneissl a déclaré qu'il ne fallait "pas oublier ce que plusieurs attaques terroristes, comme en Turquie, font à une société".

"Malgré cette violence, les gens réussissent toujours à se tenir debout, j'ai beaucoup de respect pour cela", a-t-elle dit.

Concernant l'amélioration des relations entre l'Autriche et la Turquie, la ministre des Affaires étrangères s'est montrée optimiste quant aux pourparlers avec son homologue turc, Mevlüt Çavuşoğlu.

Kneissl a rappelé que la Turquie permettrait bientôt aux archéologues autrichiens de reprendre leurs travaux d'excavation dans l'ancienne ville d'Ephèse, dans l'ouest de la Turquie.

"Je suis convaincu que nous serons en mesure d'y parvenir en surmontant l'impasse dans les relations entre l'Autriche et la Turquie", a-t-elle ajouté.

La Turquie avait arrêté les travaux de fouilles archélogiques, qui étaient en cours depuis plus de 100 ans, en octobre 2016 en raison de la récente montée de tension entre les deux pays.

Les liens entre les deux pays s'étaient estompés en raison des restrictions imposées par les autorités autrichiennes aux hommes politiques turcs qui voulaient faire campagne dans le pays avant un référendum clé en Turquie.

Les relations se sont améliorées lorsque Kneissl a effectué une visite en Turquie en janvier de cette année et les deux pays ont accepté de prendre des décisions pour normaliser les relations lors de la visite de Cavusoglu en Autriche en mars.

 

Relations UE-Turquie

Kneissl a mentionné que les relations de la Turquie avec l'Union Européenne (UE) pourraient reprendre si Ankara apportait des changements drastiques.

"Bien sûr, la Turquie est toujours très importante pour l'Union européenne, et nous voulons bien travailler ensemble", a-t-elle ajouté.

La Turquie a posé sa candidature à l'adhésion à l'UE en 1987 alors que les négociations d'adhésion ont commencé en 2005.

Cependant, les négociations ont été bloquées en 2007 en raison des objections de l'administration chypriote grecque dans l'île divisée de Chypre, ainsi que de l'opposition de l'Allemagne et de la France.

Pour devenir membre, la Turquie doit mener à bien les négociations sur 35 chapitres politiques qui impliquent des réformes et l'adoption de normes européennes.

En mai 2016, un total de 16 chapitres avaient été ouverts et un a été conclu depuis. En décembre 2016, les États membres ont déclaré qu'aucun nouveau chapitre ne serait ouvert.

 

Erbil Başay, Meryem Göktas, Sıdrah Gufran Roghay, Ümit Dönmez


Photographie : La ministre autrichienne des Affaires étrangères Karin Kneissl serre la main du ministre des Affaires étrangères de Turquie, Mevlüt Çavuşoğlu, avant leur conférence de presse conjointe au bureau du Premier ministre de Dolmabahçe à Istanbul, Turquie le 25 janvier 2018, par İsa Terli  - Agence Anadolu


 

RADIO MIT - Radio Made in Turkey - RSS News

RADIO MIT - Radio Made in Turkey - RSS News


Imprimer