'Peu probable' que le prochain Premier ministre arménien soit anti-Russie: Expert

'Peu probable' que le prochain Premier ministre arménien soit anti-Russie: Expert

Un professeur turc rappelle que l'Arménie dépend presque entièrement de la Russie en termes de sécurité militaire et de stabilité économique.

Il est "très improbable" que le prochain Premier ministre arménien soit anti-russe, a déclaré mardi un expert turc.

"Il est très peu probable qu'un Premier ministre - qui est anti-russe - prenne le pouvoir en Arménie, pays qui dépend presque entièrement de la Russie en termes de sécurité militaire et de la stabilité de son économie très pauvre", a déclaré Oktay Tanrisever, un professeur au Département des relations internationales de l'Université technique du Moyen-Orient en Turquie (ÖDTÜ), à l'Agence Anadolu.

Les remarques de Tanrisever interviennent un jour après que le Premier ministre arménien Serzh Sargsyan a annoncé sa démission après des jours de manifestations dans le pays.

Des protestations ont éclaté en Arménie à la suite de la nomination de Sargsyan au poste de premier ministre le 13 avril. Les manifestants ont plus tard été rejoints par des soldats en uniforme.

Après avoir servi comme président de l'Arménie pour deux mandats, Sargsyan a été élu premier ministre le 17 avril.

Tanrisever a déclaré que le présumé pro-russe Sarkissian (Sargsyan) a été contraint de démissionner par les manifestations de rue organisées par les cercles politiques pro-occidentaux en Arménie.

"Cependant, les objectifs politiques ultimes des manifestants et la quantité de pouvoir et de capacités qu'ils utiliseront dans ce cadre ne sont pas clairs à ce stade", a ajouté M. Tanrisever.

Il a ajouté qu'il n'était pas certain qu'un Premier ministre proche des groupes pro-occidentaux soit élu lors des prochaines élections.

Tanrisever a également déclaré que les effets possibles de la démission de Sargsyan sur la Turquie et l'Azerbaïdjan n'étaient pas encore clairs.


Approche basée sur le dialogue

"Bien qu'il n'y ait aucun signe que l'Arménie se dirigera vers une approche pacifique basée sur le dialogue avec la Turquie et l'Azerbaïdjan dans cette conjoncture, une nouvelle perspective politique pourrait également conduire à l'émergence d'une telle approche", a-t-il déclaré alors que le président azerbaïdjanais s'apprête à rendre visite à son homologue turc.

Selon des données extraites de la Banque mondiale, le niveau de pauvreté en Arménie a augmenté de 2% depuis 2008 et atteint environ 30%.

Le taux de chômage oscille entre 16 et 19% depuis 2008 en Arménie. Le taux de chômage officiel s'est établi à 17,7% l'année dernière.

L'économie de l'Arménie, qui compte environ trois millions d'habitants, a augmenté de 7,5% en 2017 et devrait croître de 4,5% cette année. Les experts économiques sont convaincus que cette croissance n'est pas complète.

Alors que l'économie arménienne dépend largement des crédits du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale et de l'aide de la Russie, le secteur énergétique du pays est exploité par la Russie.

La dette extérieure du pays était de 5,6 milliards de dollars en février de cette année, soit environ la moitié de son PIB.

Les principaux partenaires commerciaux étrangers du pays étaient l'Iran, la Russie, les pays de l'Union européenne, la Géorgie, la Chine et l'Ukraine.

Depuis 1993, aucun commerce officiel direct entre la Turquie et l'Arménie n'a été effectué.



Jeyhun Aliyev, Monis Bin Ali, Ümit Dönmez



L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE

 


Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]