La Russie se retire de la Cour Pénale Internationale (CPI)

Vladimir Poutine signe l'ordre de supprimer la signature du document fondateur, que Moscou n'a jamais ratifié.


Hakan Ceyhan Aydoğan - MOSCOU (AA) - Esra Kaymak & Sibel Uğurlu - Le Président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine a retiré mercredi la Russie de la Cour Pénale Internationale (CPI), qui est confrontée à une pression croissante due aux retraits de plusieurs États africains.

Poutine a signé un décret afin de retirer la signature de la Russie du traité fondateur de la Cour, signé par la Russie en 2000 mais jamais ratifié. En conséquence, Moscou ne s'est jamais soumis à la juridiction de la cour.

La décision est intervenue après que la CPI a évoqué l'annexion par la Russie de la Crimée dans l'Est de l'Ukraine en 2014 en tant que conflit armé. Le tribunal enquête également sur les crimes de guerre allégués commis par les forces russes pendant le conflit avec la Géorgie en 2008.

La Russie a récemment été accusée d'avoir commis des crimes de guerre en Syrie, où son armée est signalée par les États-Unis et les groupes de défense des droits humains pour avoir bombardé des cibles civiles. La Russie a nié les revendications.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, a déclaré que l'ordre était conforme aux intérêts nationaux russes. Le Ministère des Affaires étrangères a déclaré que le tribunal "ne serait pas devenu un véritable organe autoritaire indépendant de la justice internationale".

La déclaration du ministère a souligné que le tribunal avait prononcé quatre verdicts et a dépensé plus d'un milliard de dollars dans les 14 années depuis sa création.

Le porte-parole du département d'Etat des Etats-Unis, John Kirby, a déclaré lors d'une conférence de presse qu'il espérait que la décision de la Russie n'entraînerait pas "un son de glas pour la cour".

La CPI basée à La Haye (Pays-Bas) a été fondée lorsque 120 pays ont adopté le traité fondateur en 1998. Elle a suivi une série de tribunaux ad hoc de crimes de guerre de l'ONU pour l'ex-Yougoslavie et le Rwanda.

Le Burundi, la Gambie et l'Afrique du Sud ont récemment annoncé leur retrait de la cour qui organise des procès pour des infractions comme le génocide, les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité. Le Congo Brazzavile fait partie de plusieurs pays africains qui évaluent une possible sortie de l'institution ounsienne.


 

Vladimir Poutine

Vladimir Poutine, Archive

 


 

Mots-clés: Russie, ONU actualité, cpi, cour pénale internationale, poutine, ONU, diplomatie russie, Crimée, Tatar, Esra Kaymak Avci, états-unis russie, Ümit Dönmez, russie syrie, russie liberté, droits de l'homme, Sibel Uğurlu, Hakan Ceyhan Aydoğan, russie militaire, russie armée, russie europe, Tatar Criméen, Tatar de Crimée, russie nettoyage ethnique, ONU Russie, ONU Droits de l'Homme, Esra Kaymak Avcı, russie diplomatie, russie gouvernement, Esra Kaymak , président russie, russie occident, russie crimée, john kirby, otan russie, La Haye, cpi afrique, russie afrique, afrique russie, russie cpi, Russie ONU, dmitry peskov

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]