La Norvège opposée à la suspension de l'adhésion de la Turquie à l'OTAN

La Première ministre norvégienne Erna Solberg a déclaré :" Il est important que la Turquie reste au sein de notre famille et prenne part à nos discussions"

 

Le gouvernement norvégien a critiqué, mardi, l’opération Source de Paix, déclenchée par la Turquie pour défaire les organisations terroristes dans le nord de la Syrie, exprimant par là même l’opposition de son pays aux appels à la suspension de l’adhésion d’Ankara à l’Alliance Atlantique.

La Première Ministre norvégienne, Erna Solberg, a déclaré lors d’une conférence de presse conjointe avec la Chancelière allemande, Angela Merkel : "Je considère qu’il est préférable que la Turquie reste membre à part entière de l’OTAN".

Et d’ajouter : "Il est primordial que la Turquie demeure au sein de notre famille et participe à nos discussions. Je suis également convaincue qu’il sera plus aisé, de cette façon, de travailler avec eux (les Turcs)".

Solberg a exprimé sa préoccupation quant à la conformité de l’opération Source de Paix aux critères internationaux, appelant Ankara à y mettre un terme.

Le Ministère des affaires étrangères turc avait déclaré, dans un communiqué publié lundi, l’intention de la Turquie de "sérieusement reconsidérer notre coopération avec l'UE dans certains domaines en raison de son attitude illégale et partial".

"Nous rejetons totalement et condamnons les décisions du Conseil des affaires étrangères de l'UE prises au sujet des opérations de la Turquie dans le nord-est de la Syrie et concernant les explorations en Méditerranée Orientale, ainsi que tous les appels lancés contre notre pays", peut-on lire dans le communiqué du ministère turc.

L'Armée turque a lancé mercredi, conjointement avec l'Armée Nationale Syrienne (ANS), l'opération Source de Paix, à l'est de l'Euphrate, contre les organisations terroristes YPG/PKK et Daech, l'objectif étant d’établir une zone sécurisée pour le retour des réfugiés syriens dans leur pays, ainsi que d'anéantir le projet de "corridor du terrorisme" établi près des frontières sud de la Turquie et de rétablir la paix et la sérénité dans cette région syrienne occupée par les organisations terroristes.

Les YPG ("Yekîneyên Parastina Gel", "Unités de protection du peuple") et le PYD ("Partiya Yekîtiya Demokrat, "Parti de l'union démocratique" sont des branches syriennes respectivement militaire et politique du groupe terroriste PKK ("Partiya Karkerên Kurdistan" : "Parti des travailleurs du Kurdistan"). Le PKK est répertorié comme une organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l'Union Européenne. Au cours de sa campagne terroriste de plusieurs décennies contre la Turquie, le PKK a tué plus de 40 000 personnes sur le seul territoire turc, dont 7 000 civils.

 

 

 

Mourad Belhaj

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 



Mots-clés: otan, Turquie, daech, turquie syrie, daech turquie, daech syrie, Oslo, otan moyen orient, otan turquie, Norvège, YPG, Zone de sécurité au nord de la Syrie, Source de Paix, Turquie Norvège, Norvège Turquie

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]