La Turquie condamne les décisions du Conseil des affaires étrangères de l'UE

Publié par Ümit Dönmez le . Publié dans Actualité Europe


Le ministère turc des Affaires étrangères souligne que le bloc n'a pas le droit de donner des leçons à la Turquie sur la lutte contre les terroristes.

 

La Turquie a réagi lundi aux déclarations de l'Union européenne (UE) sur les récentes actions turques dans le nord de la Syrie et dans l'est de la Méditerranée.

"Nous rejetons et condamnons totalement les appels lancés à notre pays et les conclusions adoptées aujourd'hui par le Conseil des affaires étrangères de l'Union européenne à Luxembourg sous le titre" La Syrie du Nord-Est" et  "Les activités de la Turquie en Méditerranée orientale", a déclaré le ministère des Affaires étrangères à une déclaration.

Le ministère a déclaré rappelé l'opération antiterroriste menée par la Turquie dans le nord de la Syrie - Opération Source Paix - était menée sur la base du droit international, de son droit de légitime défense en vertu de l'article 51 de la Charte des Nations Unies et des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU sur la lutte contre le terrorisme.

Il est "inacceptable" pour le bloc d'adopter une attitude protectrice envers les terroristes qui sont derrière les menaces et les attaques du groupe terroriste PYD / YPG, une branche du PKK, contre la sécurité nationale de la Turquie, l'intégrité territoriale et la solidarité nationale de la Syrie, a indiqué le communiqué. .

Le ministère a déclaré que le silence de l'UE sur le meurtre de 18 civils innocents, dont un bébé, au cours des deux derniers jours en Turquie par le PYD / YPG - soutenu par certains pays de l'UE - montre cette approche biaisée.

Il a appelé l'UE, qui "sert le programme séparatiste d'un autre groupe terroriste sous le prétexte de combattre Daech", et les pays de l'UE qui soutiennent le groupe terroriste à l'autocritique.

Le bloc n'a "pas le droit de donner des leçons à notre pays" sur la lutte contre les terroristes, a déclaré le communiqué.

Soulignant que la Turquie accueillait le plus grand nombre de réfugiés dans le monde, le ministère a déclaré que la Turquie continuerait de lutter résolument contre les groupes terroristes qui menacent sa sécurité nationale et l'avenir du peuple syrien, en particulier le PYD / YPG et Daech.

Il a ajouté que l’opération en cours en Turquie visait à créer une zone de sécurité le long de la frontière turco-syrienne et à rendre la région à ses propriétaires. Le ministère a également déclaré que l'opération permettrait aux Syriens déplacés de rentrer chez eux.

Le ministère a rappelé que dans l'accord conclu en mars 2016 avec l'UE sur les réfugiés, le point 9 dobligeait l'UE et ses États membres à améliorer les conditions de vie des Syriens dans des zones plus sûres situées à proximité de la frontière turque.

Lundi, le Conseil des affaires étrangères de l'UE a déclaré que les préoccupations de la Turquie en matière de sécurité dans le nord-est de la Syrie devaient être traitées par des moyens politiques et diplomatiques, et non par une action militaire.

Le conseil a déclaré dans un communiqué que la Turquie devrait cesser son opération antiterroriste Source de Paix dans le nord-est de la Syrie et retirer ses forces.

La Turquie a lancé mercredi 9 octobre, l’opération Source de Paix à l’est de l’Euphrate, dans le nord de la Syrie, pour sécuriser ses frontières en éliminant les terroristes avec l'objectif d'assurer le retour en toute sécurité des réfugiés syriens ainsi que l’intégrité territoriale de la Syrie.

Ankara veut éliminer les terroristes du PKK / PYD / YPG et de Daech.

Les YPG ("Yekîneyên Parastina Gel", "Unités de protection du peuple") et le PYD ("Partiya Yekîtiya Demokrat, "Parti de l'union démocratique" sont des branches syriennes respectivement militaire et politique du groupe terroriste PKK ("Partiya Karkerên Kurdistan" : "Parti des travailleurs du Kurdistan"). Le PKK est répertorié comme une organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l'Union Européenne. Au cours de sa campagne terroriste de plusieurs décennies contre la Turquie, le PKK a tué plus de 40 000 personnes sur le seul territoire turc, dont 7 000 civils.

 

Activités de la Turquie en Méditerranée orientale

Le ministère a également noté qu'il était inacceptable de qualifier d '"illégale" les activités de recherche et de forage menées par la Turquie en Méditerranée orientale afin de protéger à la fois ses droits et les droits des Chypriotes turcs.

Le ministère a déclaré que le fait que l’UE n’ait pas mentionné les Chypriotes turcs et les ait encore une fois ignorés dans les conclusions est "inquiétant".

"Nous tenons à souligner une fois de plus que nous poursuivrons résolument nos activités dans le secteur des hydrocarbures avec la RTCN [République turque de Chypre-Nord] et que, si l'UE appliquait certaines mesures préventives, nous exercerions des représailles en conséquence", a déclaré le ministère.

Construire la paix et la stabilité en Méditerranée orientale est possible en créant un environnement de coopération gagnant-gagnant, respectant les droits et intérêts légitimes de la Turquie et des Chypriotes turcs et tenant compte des réalités politiques, juridiques, historiques et géographiques de la Méditerranée orientale.

"Nous allons sérieusement reconsidérer notre coopération avec l'UE dans certains domaines en raison de sa position illégale et partiale", a-t-il ajouté.

La Turquie conteste depuis toujours les forages unilatéraux de la partie chypriote grecque en Méditerranée orientale, affirmant que la RTCN avait également des droits sur les ressources de la région.

Depuis ce printemps, Ankara a envoyé deux navires de forage - Fatih et Yavuz - dans l’est de la Méditerranée, soulignant que la Turquie et le droit de la RTCN avaient droit aux ressources de la région.

 

 

 

Sena Güler, Marc Chenault, George Albert Bernard, Ümit Dönmez

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Turquie, Syrie, turquie russie, erdogan, turquie syrie, PKK=YPG, turquie pkk, recep tayyip erdogan, erdogan poutine, Méditérranée Orientale, Chypre, Chypre Sud, gaz naturel turquie, Kobane, Aïn Al-Arab, turquie onu, media terrorisme, turquie chypre nord, ONU Syrie, forage gazier chypre, gaz naturel chypre, hydrocarbures turquie, hydrocarbures méditerranée, YPG, République Turque de Chypre Nord (RTCN), gaz en Méditerranée orientale, Est de l'Euphrate, Chypre Énergie, Wall Street Journal, Source de Paix

Imprimer