Facebook supprime des centaines de faux comptes russes

Facebook supprime des centaines de faux comptes russes

Le géant des réseaux sociaux déclare que des pages ont été supprimées après avoir «adopté un comportement inauthentique coordonné».

 

Facebook a annoncé jeudi avoir supprimé des centaines de comptes liés à la Russie pour s'être engagés "dans un comportement inauthentique coordonné".

Le site de réseau social a déclaré que les pages avaient été supprimées de Facebook et Instagram, la plate-forme photo qu’il possède.

Facebook a déclaré avoir découvert deux opérations en cours en Russie, l'une active dans de nombreux pays et l'autre exerçant une activité spécifique à l'Ukraine.

Nathaniel Gleicher, responsable de la politique de cybersécurité de Facebook, a écrit dans un article de blog que le site de média social ne détectait aucun lien entre les deux opérations, mais qu'ils partageaient des tactiques similaires, notamment la création de comptes et de réseaux conçus pour dissimuler leurs véritables origines et activités.

"Les personnes à l'origine de cette activité se sont coordonnées et ont utilisé de faux comptes pour se présenter sous un faux jour, et c'était la base de notre action", a écrit Gleicher.

Au total, 364 pages et comptes Facebook d'origine russe ont été supprimés, qui avaient déjà été utilisés dans les pays baltes, en Asie centrale, dans le Caucase et dans les pays d'Europe centrale et orientale.

Les pages et les comptes, a écrit Gleicher, étaient liés à des employés de Sputnik, une agence de presse publique russe.

107 pages Facebook supplémentaires, des groupes et des comptes, ainsi que 41 comptes Instagram, ont été supprimés suite à des informations reçues par les autorités de sécurité américaines.

Ce réseau d’origine russe aurait fonctionné en Ukraine avec des membres se faisant passer pour des Ukrainiens partageant des reportages.

Gleicher a noté que Facebook avait identifié "un certain chevauchement technique" entre l'opération et un effort russe sur le site de réseau social visant à influencer l'opinion publique en faveur du président Donald Trump dans la perspective de la course à la présidence américaine de 2016.

Les services de renseignement américains ont déterminé que l’Internet Research Agency (IRA), basée à Saint-Pétersbourg, avait été utilisée pour aider à développer une présence en ligne massive afin d’influencer les élections.

Depuis lors, les États-Unis ont inculpé par contumace 13 individus pour leurs rôles présumés, et les individus ainsi que l’IRA ont été sanctionnés.

 

Michael Hernandez, George Albert Bernard, Ümit Dönmez

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 



 

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]