Russie: L'opposant Alexeï Navalny relaché un jour après son arrestation

Russie: L'opposant Alexeï Navalny relaché un jour après son arrestation

L'opposant russe devrait comparaître devant le tribunal vendredi prochain, les accusations portées contre lui pourraient lui valoir une peine de 15 jours de prison.

Un jour après son arrestation, les autorités russes ont libéré, dimanche, le chef de l'opposition, Alexeï Navalny, ainsi que 80% de ceux qui avaient été arrêtés, pour avoir pris part à des manifestations contre le président Vladimir Poutine.

Le Conseil présidentiel pour les droits humains et la société civile (officiel), a déclaré que "80% des six cent cinquante-huit personnes arrêtées hier, ont été libérées", selon l'agence Tass.

Cependant, le groupe OVD-Info (ONG), qui répertorie les arrestations politiques en Russie, a noté que la police russe a arrêté environ 1.600 personnes, dans 20 villes russes, à la suite de ces mêmes manifestations.

Navalny, qui a été libéré un jour après son arrestation, fait cependant face à deux chefs d'accusation: "organisation d’une manifestation non autorisée et résistance aux forces de l'ordre", a rapporté, dimanche, l'Associated Press.

L'opposant russe devrait comparaître devant le tribunal vendredi prochain, les accusations portées contre lui pourraient lui valoir une peine de 15 jours de prison.

Navalny a été arrêté immédiatement après son apparition au milieu de manifestants, rassemblés à Moscou pour protester contre la politique de Poutine, juste avant l'investiture officielle du président russe pour son quatrième mandat.

Selon les rapports officiels, environ mille cinq cents Russes ont participé, samedi, aux manifestations anti-Poutine, auxquelles Navalny a appelé dans toutes les villes de Russie, juste avant l'investiture officielle du président russe pour son quatrième mandat (de 6 ans).

Vladimir Poutine, qui dirige le pays depuis près de deux décennies, a été réélu pour un quatrième mandat, en mars dernier, avec plus de 75% des voix.

Alexeï Navalny avait été déclaré inéligible à la présidentielle russe, à cause d'un "antécédent pénal". Il avait été accusé, en 2014, de détournement de fonds et condamné à cinq ans de prison avec sursis.

 

Qualid Filsde Mohamed Chine

 

Photographie : Archive Agence Anadolu


 

 


 

 

 

 

 


 

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]