La Cour suprême britannique qualifie d'illégale la suspension du Parlement

La Cour suprême britannique s’est prononcée, mardi, sur la suspension du Parlement pour une période de cinq semaines par le Premier ministre, Boris Johnson, en la qualifiant d’illégale.

 

Le jugement rendu par la plus haute instance judiciaire britannique a été publié sur son site officiel, il dispose que la "requête du Premier ministre Johnson, adressée à la reine Elizabeth II concernant la suspension des travaux du Parlement jusqu'au 14 octobre, est illégale".

Les juges de la Cour suprême britannique ont, ainsi, considéré que la décision de Johnson de procéder à cette suspension est "illégale, nulle et sans effet".

La présidente de la Cour suprême a, pour sa part, affirmé dans les motifs du jugement que "la suspension des travaux du Parlement est illégale si elle l’empêche de procéder à ses prérogatives constitutionnelles". Elle a également indiqué que la suspension du Parlement pour une longue période est une mesure "inhabituelle" au Royaume-Uni.

Johnson avait ordonné la suspension de l’action parlementaire au Royaume-Uni pour une période de cinq semaines jusqu’au 14 octobre, deux semaines avant le délai prévu pour le Brexit. Une mesure qualifiée de manœuvre, par l’opposition britannique, visant à empêcher le parlement de statuer sur le Brexit.

Le Premier ministre britannique s’est engagé à enclencher le Brexit, avec ou sans accord avec l’UE, bien avant son délai initialement prévu, le 31 octobre.

 

L'Opposition britannique appelle le Premier ministre Boris Johnson à démissionner

Le leader du Parti travailliste britannique (opposition), Jeremy Corbyn, a appelé, mardi, le Premier ministre, Boris Johnson, à démissionner après l’annulation, par la Cour suprême, de sa décision de suspendre le Parlement.

Jeremy Corbyn, a déclaré au cours d’une conférence du Parti travailliste à Brighton en réaction au jugement de la Cour suprême : « Il est clair que le Premier ministre, Johnson, a fait une erreur en procédant à la suspension des travaux du Parlement ».

Ce jugement illustre d’après Corbyn « l'insouciance de Johnson par rapport aux principes démocratiques et son exercice inapproprié du pouvoir ».

La porte-parole du parti national écossais, Joanna Cherry, a, pour sa part, affirmé que « la position de Johnson est indéfendable», il doit avoir le courage de démissionner, a-t-elle ajouté.

Le jugement de la Cour suprême a été favorablement accueilli par le président du Parlement britannique, John Bercow, qui a appelé la Chambre des communes à « reprendre ses travaux sans tarder ».

La Cour suprême britannique s’est prononcée, mardi, sur la suspension du Parlement pour une période de cinq semaines par le Premier ministre, Boris Johnson, en la qualifiant d’illégale.

Le jugement rendu par la plus haute instance judiciaire britannique a été publié sur son site officiel, il dispose que la "requête du Premier ministre Johnson, adressée à la reine Elizabeth II concernant la suspension des travaux du Parlement jusqu'au 14 octobre, est illégale".

Johnson avait ordonné la suspension de l’activité parlementaire au Royaume-Uni pour une période de cinq semaines jusqu’au 14 octobre, deux semaines avant le délai prévu pour le Brexit.

Une mesure qualifiée de manœuvre, par l’opposition britannique, visant à empêcher le Parlement de statuer sur le Brexit.

Le Premier ministre britannique s’est engagé à enclencher le Brexit, avec ou sans accord avec l’UE, bien avant son délai initialement prévu, le 31 octobre.

 

Des milliers de touristes britanniques quittent la Tunisie après la faillite de "Thomas Cook"

Le représentant de l’agence « Thomas Cook» en Tunisie, Abdel Sattar Badri, a déclaré, mardi, que des milliers de touristes britanniques s’apprêtaient à quitter le pays, via l'aéroport international Hammamet Enfidha du Gouvernorat de Sousse, après l’annonce de la faillite de l'entreprise internationale.

Badri a ajouté dans une déclaration accordée à Anadolu, que 7 mille touristes résidant à Sousse et à Hammamet (est), ainsi que 2 mille résidant dans des hôtels de Djerba (sud), s'apprêtaient à quitter le pays à la fin de leur séjour "et ne peuvent être décrits comme bloqués".

Il a ainsi ajouté que le gouvernement britannique avait affrété des avions pour les touristes de nationalité britannique, afin de les rapatrier via l'aéroport international de Hammamet Enfidha.

Il a également expliqué que le gouvernement britannique s'était engagé à régler les frais de l'hébergement dans les hôtels, ajoutant que: " 200 touristes Britanniques ont quitté le pays hier et environ un millier aujourd'hui. Nous garderons ce rythme pendant toute la semaine ".

Le responsable a estimé que le montant de la dette comprenant le séjour, les services et les transports en Tunisie, pourrait atteindre 60 millions d'euros (67,2 millions de dollars), "les hôtels seront affectés par cette crise et il va falloir faire face à ces difficultés financières" sans donner plus de précisions.

Des médias internationaux avaient annoncé que des touristes britanniques étaient retenus contre leur gré dans des hôtels à Hammamet, parce qu’ils ne s’étaient pas acquittés des frais de leurs hébergements, des informations qui ont été démenties par le ministère tunisien du Tourisme.

L'entreprise internationale, basée au Royaume-Uni, a déposé son bilan, lundi, après que ses dettes et ses arriérés de paiement n’aient fait échouer son plan de sauvetage.

De nombreux voyagistes du monde entier devraient annoncer l’annulation des réservations de touristes effectuées par le groupe international présent dans 16 pays.

 

 

Abduljabar Aburas, Maher Jaidane, Mona Saanouni, Mohammed Maher Ben Romdhane

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: brexit, Royaume Uni, Boris Johnson, royaume uni europe, westminster, Parlement britannique, Thomas Cook

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]