Le Maire de Londres demande à la Première ministre May d'adopter une définition de l'islamophobie

Le Maire de Londres demande à la Première ministre May d'adopter une définition de l'islamophobie

Sadiq Khan envoie une lettre à Theresa May l'invitant à rassurer les musulmans après l'attaque terroriste islamophobe en Nouvelle-Zélande.

 

Le Maire de Londres, Sadiq Khan, a appelé la Première ministre, Theresa May, à adopter une nouvelle définition de l'islamophobie.

Dans une lettre à May, Khan a déclaré avoir été soumis à plusieurs reprises à des violences anti-musulmanes de la part de membres et de partisans du Parti conservateur. Le maire de Londres lui a demandé d'ordonner à son parti conservateur de régler le problème, a rapporté dimanche la presse locale, notamment le quotidien "The Guardian".

La nouvelle définition, déjà adoptée par le Parti travailliste et les Libéraux démocrates, de l'opposition, indique: "L'islamophobie est enracinée dans la xénophobie et constitue un type de xénophobie qui vise les manifestations du fait réel ou présumé d'être musulman".

Khan a écrit: «Rassurer les Britanniques au sujet de leur sécurité à la suite de Christchurch [attaques terroristes islamophobes] ne concerne pas seulement le maintien de l'ordre et la sécurité.

«Cela nous oblige également à éliminer sans relâche l'islamophobie et les abus anti-musulmans qui se sont infiltrés dans le courant dominant de notre société et de notre débat politique.

"Il est essentiel que nos partis politiques mènent le front dans cet effort et donnent le meilleur exemple possible à la société."

Il a ajouté: "Le Parti conservateur en particulier doit faire beaucoup plus pour envoyer le message clair que l'islamophobie est totalement inacceptable, car malheureusement, cela n'a pas toujours été le cas ces dernières années".

 

 

"Plus important que la politique de parti"

La lettre de Khan est intervenue après que les abus islamophobes se sont multipliés par six au Royaume-Uni après les attaques terroristes qui ont eu lieu au début du mois dans deux mosquées à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, qui ont tué 50 musulmans et en ont blessé autant, dont plusieurs de façon critique.

«J'ai moi-même été victime d'abus islamophobes à plusieurs reprises de la part de membres et de sympathisants conservateurs», a écrit Khan. «J'ai oublié le nombre de conseillers et de membres conservateurs qui ont été suspendus ou qui ont été poursuivis en justice pour avoir fait des commentaires islamophobes à mon encontre ou à mon sujet.»

Khan a rappelé comment, en 2017, Shaun Bailey, candidat des Conservateurs à la mairie de Londres aux élections de l'année suivante, avait retweeté un article qui qualifiait Khan de «mollah fou du Londonistan».

"Mais ce n'est pas à propos de moi", a déclaré Khan.

«Je suis profondément préoccupé par le message que ces incidents envoient à notre société au sens large. Ce n’est pas une affaire de parti politique, c’est bien plus important que cela.

«Vous savez que j'ai dénoncé avec rigueur le racisme partout où je l'ai vu - y compris sur l'antisémitisme au sein du Parti travailliste.

"L'adoption de la définition de l'islamophobie par un groupe parlementaire multipartite enverra le signal le plus clair possible: il n'y a pas de place pour l'islamophobie ou le sentiment anti-musulman dans le Parti conservateur ou ailleurs dans notre vie politique ou plus large."

Les incidents islamophobes ont considérablement augmenté en raison d'un certain nombre de facteurs, tels que le Brexit et la prolifération de groupes d'extrême droite qui propagent des idées fausses sur l'immigration et la religion.

Le Conseil musulman d’Angleterre, la plus grande instance musulmane du Royaume-Uni, a maintes fois exhorté les dirigeants du Parti conservateur à s’attaquer au problème de l’islamophobie au sein du parti et à enquêter sur ses membres accusés d’islamophobie.

Des commentaires islamophobes de membres et de conseillers municipaux du Parti conservateur ont été trouvés en ligne, certains appelant à un attentat à la bombe contre des mosquées et d'autres faisant des commentaires racistes sur Khan et le ministre de l'Intérieur du Parti conservateur, Sajid Javid.

L’année dernière, l’ancien ministre des Affaires étrangères, Boris Johnson, a comparé les femmes revêtues d’un vêtement islamique à des «cambrioleurs de banques et à des boîtes aux lettres». Ses propos ont suscité un tollé national, mais une enquête interne au Parti conservateur l’a blanchi de tout acte répréhensible.

Les attaques  et les crimes liés à l’islamophobie au Royaume-Uni ont observé une hausse au cours des trois dernières années. Plus de 1200 attaques islamophobes ont été enregistrées en 2018, en hausse de 26 % par rapport à 2017.

 

Ahmet Gürhan Kartal, Marc Chenault, Ümit Dönmez

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 

Des associations turques en Allemagne demandent une action contre la xénophobie
France: hausse de 52% des actes islamophobes en 2018

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]