Le président du Comité de l'UE chargée des Droits de l'Homme demande que justice soit rendue pour Khashoggi

Le président du Comité de l'UE chargée des Droits de l'Homme demande que justice soit rendue pour Khashoggi

Publié par Ümit Dönmez le . Publié dans Actualité Europe

Le meurtre odieux de Khashoggi met en lumière les violations des Droits de l'Homme en Arabie Saoudite, écrit Antonio Panzeri.

 

La justice pour le chroniqueur du «Washington Post», Jamal Khashoggi, doit être établie, a déclaré le président du Sous-comité des droits de l'homme de l'Union européenne (UE) dans un article publié mardi.

"Le meurtre odieux de Khashoggi met en lumière la façon dont ces droits ont été brutalement bafoués sous le régime saoudien", a écrit Antonio Panzeri dans le journal Washington Post.

Khashoggi a été brutalement assassiné dans le consulat d'Arabie saoudite à Istanbul le 2 octobre dernier, peu de temps après son entrée dans l'établissement diplomatique. Riyad a d'abord nié avoir participé à l'assassinat, mais a depuis imputé sa mort à une opération de restitution bâclée menée par des agents malhonnêtes.

En novembre, la CIA a conclu avec certitude que le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman avait ordonné l'assassinat de Khashoggi, selon le Washington Post.

Panzeri a déclaré que malgré le "tour des capitales mondiales" pour vanter les réformes dans son pays qui le décrivent comme un leader régional des Droits de l'Homme, le gouvernement de bin Salman a "suivi une voie qui va dans une direction complètement différente".

"Le régime, en dépit de petites concessions, a continué à se comporter de manière autoritaire et répressive", a noté Panzeri. "La nécessité de nouer des relations avec les puissances internationales explique les concessions occasionnelles du prince héritier. Heureusement, il y a encore des dirigeants qui voient à travers l'écran de fumée et qui ont quelques scrupules à commercer avec un dictateur."

Panzieri a souligné que l'UE devait "rester active" dans l'Affaire Khashoggi, affirmant qu'il "continuera à œuvrer pour que la vérité sur ce qui est arrivé à Khashoggi soit établie".

"Les dirigeants saoudiens ne peuvent pas s'en tirer avec si peu d'action", a-t-il souligné.

 

 

Michael Hernandez, Ümit Dönmez

Photographie : Le président du Sous-comité des Droits de l'Homme de l'UE, Antonio Panzieri

Amine Landoulsi - Archive, Agence Anadolu

 

 



Imprimer