Attentat meurtrier à Jammu-et-Cachemire: L'Inde blâme le Pakistan

Le MAE indien a convoqué l'ambassadeur pakistanais à New Delhi.

Le Premier ministre indien, Narendra Modi a promis, vendredi, une forte riposte à l’attentat meurtrier à la voiture piégée perpétré la veille à Jammu-et-Cachemire.

New Delhi a accusé le Pakistan voisin d’être derrière cette attaque qui a fait des dizaines de morts parmi de soldats paramilitaires indiens.

Selon la police indienne, 33 soldats ont été tués jeudi quand un véhicule chargé d'explosifs a percuté un autobus paramilitaire sur une autoroute de Jammu-et-Cachemire.

Des médias et des sources gouvernementales qui ont parlé à l'Agence Anadolu sous couvert d’anonymat ont affirmé que le bilan des victimes a dépassé les 44 morts.

Le groupe armé Jaish-e-Mohammed a revendiqué l'attaque, en publiant des images d'un kamikaze de 22 ans.

Cette attaque est la pire depuis des décennies dans la région touchée par l'insurrection et elle intervient quelques mois avant les élections générales en Inde.

Lors d'une réunion avec ses conseillers de sécurité diffusés sur "NDTV", Modi a déclaré: "Les forces à l'origine de cet acte terroriste et les parties qui en sont responsables seront surement punis."

"Si notre voisin, qui est totalement isolé du monde, pense pouvoir déstabiliser l'Inde par sa tactique et ses complots, alors il est en train de commettre une grave erreur", a lancé le dirigeant indien, en référence au Pakistan et à son arsenal nucléaire.

L'Inde a également supprimé le privilège commercial de la nation la plus favorisée accordé au Pakistan.

Le ministère indien des Affaires étrangères a, dans ce même contexte, convoqué l'ambassadeur pakistanais et "a lancé une très sérieuse démarche en lien avec l'attaque terroriste", a rapporté le quotidien "Hindustan Times".

Le Pakistan a rejeté les accusations de New Delhi et condamné l'attaque.

Le ministère pakistanais des Affaires étrangères a en effet déclaré: "L'attaque perpétrée dans le district de Pulwama, dans le Cachemire occupé par l'Inde, est une source de grave préoccupation. Nous avons toujours condamné les actes de violence dans le monde entier."

"Nous rejetons fermement toute insinuation par les médias et le gouvernement indiens qui cherchent à relier l'attaque au Pakistan sans enquêter", a déclaré le ministère.

 

 

Ahmad Adil, Zahid Rafiq, Aamir Latif, Hafawa Rebhi

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 



Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]