Washington : Le musée américain de l’Holocauste retire un prix à la dirigeante du Myanmar

 Washington : Le musée américain de l’Holocauste retire un prix à la dirigeante du Myanmar
En raison de son silence sur le sort des Rohingyas.
 
AA/ Le musée américain de l’Holocauste à Washington a retiré à Aung San Suu Kyi, dirigeante du Myanmar, le prix "Elie Wiesel", qu'il lui avait décerné en 2012, en raison de sa position passive et de son inaction face à la crise des musulmans Rohingyas.

Aung San Suu Kyi avait remporté le prix en 2012 pour ce qui était alors considéré comme son "action courageuse et son grand sacrifice personnel" contre la junte birmane et sa lutte pour "la liberté et la dignité du peuple birman".

"Nous avions espéré que vous – en tant que personne félicitée pour votre engagement en faveur de la dignité humaine et les droits universels de l'Homme – fassiez quelque chose pour condamner et mettre un terme à la brutale campagne militaire, et exprimiez votre solidarité avec les musulmans Rohingyas", a asséné le musée dans un communiqué publié dans la nuit de mercredi à jeudi.

Cependant "la Ligue nationale pour la démocratie (LND), sous votre direction, avait refusé de coopérer avec les enquêteurs des Nations unies (ONU) et propagé une rhétorique de haine à l'encontre de la communauté Rohingya», a ajouté le communiqué dont Anadolu a eu une copie.

Le musée a fait savoir qu’il implorait Suu Kyi "d’utiliser son autorité morale pour cesser les persécutions et les violences qui menacent depuis longtemps l’existence des Rohingyas".

Suu Ky a été vivement critiquée à cause de son silence face aux massacres perpétrés contre les musulmans Rohingyas, dans l’Etat d’Arakan au Myanmar.

Les crimes qui se poursuivent depuis des années contre les Rohingyas, ont, selon les Nations unies, contraint quelque 826 000 personnes à se réfugier au Bangladesh, 656 000 d'entre elles ayant fui le pays depuis le 25 août dernier.

Selon l'organisation internationale "Médecins sans frontières" (MSF), pas moins de 9 000 personnes appartenant à la minorité Rohingya ont été tuées dans la province d'Arakan (Rakhine), à l'ouest du Myanmar, entre le 25 août et le 24 septembre derniers.

L'Organisation des Nations Unies a, pour sa part, documenté le recours de membres des forces de sécurité du Myanmar, aux viols collectifs à large échelle, aux meurtres de nourrissons et de jeunes enfants, ainsi que leur implication dans des passages à tabac brutaux et des cas de disparitions.

Les enquêteurs de l'ONU ont rendu un rapport décrivant ces abus "comme étant des crimes contre l'humanité".



Mona Saanouni,  Khalaf Rasha, Hatem Kattou

 



 

 

 

 

RADIO MIT - Radio Made in Turkey - RSS News

RADIO MIT - Radio Made in Turkey - RSS News

 


 

Imprimer E-mail

  • [javascript protected email address]

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]