Taïwan apporte son soutien aux Ouïghours en Chine

Taïwan apporte son soutien aux Ouïghours en Chine

actualite-news.com/fr vous propose une traduction de l'article en anglais  publié par «The Diplomat» et intitulé "Taiwan Voices Support for Uyghurs in China". Ceci est une traduction fidèle de l'article original, elle ne reflète pas le point de vue éditorial de notre site Web d'actualité.

 

Taïwan apporte son soutien aux Ouïghours en Chine

 

Wen Lii

 The Diplomat

 

2 mai 2019

 

 


La crise des droits de l’homme au Xinjiang annonce l’avenir de Taïwan sous le contrôle de la RPC, et l’île le sait bien.


Alors que la communauté internationale s’inquiète de l’incarcération massive de Ouïghours et d’autres minorités musulmanes en Chine, la prise de conscience croissante à Taïwan de la crise ouïghoure est particulièrement frappante, car elle montre comment les questions relatives aux Droits de l’Homme et à la liberté religieuse en Chine pourraient avoir des ramifications sur les relations transfrontalières et les affaires régionales.

À ce jour, le gouvernement chinois s’est abstenu de divulguer le nombre exact de Ouïghours et d’autres musulmans détenus arbitrairement dans ses camps de concentration - qualifiés de «centres de formation professionnelle» par Beijing - dispersés dans la région du Xinjiang. Les mesures prises récemment par le gouvernement chinois n'ont montré aucun progrès pour répondre aux préoccupations de la communauté internationale. Bien au contraire, Beijing a fait pression sur les autres pays pour les mettre en garde de ne pas participer à un événement parallèle sur les droits des Ouïghours au Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies à Genève.

À Taïwan, les discussions sur les camps de concentration ouïghours (y compris des reportages dans les médias ainsi que des déclarations de dirigeants politiques et d'opinions) ont interprété le traitement catastrophique infligé par la Chine à ses propres citoyens comme une indication de ce qui pourrait arriver à Taïwan s'il était placé sous l'autorité de la République populaire de Chine (RPC). En particulier, l’atteinte à la liberté dans des régions telles que le Xinjiang, le Tibet et Hong Kong met en lumière l’incapacité de la Chine à gouverner des régions aux trajectoires historiques et culturelles variées à l’intérieur de ses frontières, tout en suscitant une méfiance accrue à l’égard des intentions de la Chine d’annexer Taïwan dans le cadre de la proposition «Un pays, deux systèmes». Dans ce contexte, les assurances de la Chine de respecter les institutions politiques existantes à Taïwan dans le cadre d’un tel arrangement sont rendues vides et même absurdes. Dans le même temps, le verdict récent selon lequel des dirigeants du Mouvement des parapluies de Hong Kong en 2014 ont été condamnés à des peines de prison montre également le caractère autoritaire du régime de Pékin.

La liberté religieuse - en particulier l'oppression des musulmans, des chrétiens et des bouddhistes tibétains par le gouvernement chinois - a été au centre de l'attention à Taipei lors d'un forum régional organisé en mars par la Taïwan Foundation for Democracy et l'American Institute in Taïwan (l'ambassade de facto des États-Unis). Intitulé "Un dialogue de la société civile sur la sécurisation de la liberté de religion dans la région indo-pacifique", le forum incluait des discours du président Tsai Ing-wen et de l'ambassadeur spécial américain pour la liberté de religion, Samuel Brownback. Attirant la participation de militants ouïghours et tibétains, ainsi que de délégués de 15 pays, l’événement a souligné la coopération étroite entre Taïwan et les États-Unis dans le domaine de la diplomatie fondée sur les valeurs, tout en renforçant le rôle de Taïwan comme plaque tournante régionale des droits de l’homme.

Après le forum, le Parti démocrate progressiste (DPP) au pouvoir a diffusé une courte vidéo sur les médias sociaux intitulée «Soutenez les Ouïghours, protégez Taïwan», présentant des interviews de plusieurs activistes ouïghours en visite à Taïwan, dont Nury Turkel du projet de défense des droits de l'homme ouïghour, Rushan Abbas de la Campagne pour les Ouïghours (toutes deux basées aux États-Unis), Enver Tohti Bughda de l’Association des Ouïghours du Royaume-Uni et Ilham Mahmut de l’Association des Ouïghours du Japon. Le PDP a souligné que les actions de la Chine violaient les valeurs universelles des droits de l'homme par le biais de ses camps de concentration et de ses politiques invasives de "séjour chez l'habitant", ajoutant que le soutien à la communauté ouïghoure devrait être une cause bipartite à Taïwan. Le secrétaire général du PDP, Luo Wen-jia, a commenté le sort des Ouïghours: «À l'instar de l'air que nous respirons, il est souvent difficile de percevoir l'existence de la liberté. Cependant, une fois que la liberté est perdue, elle ne reviendra jamais. Soutenez les Ouïghours dans les camps de concentration sous domination chinoise."

Au-delà de l'arène politique, la situation au Xinjiang a retenu l'attention des médias traditionnels et sociaux taïwanais, avec les commentaires des experts du talk-show, de vloggers célèbres et des groupes religieux. Les événements survenus dans le Xinjiang ont touché un point sensible en montrant comment un gouvernement communiste pourrait modifier radicalement le mode de vie démocratique de Taïwan. Le traitement réservé aux Ouïghours par le gouvernement chinois va clairement à l’encontre des valeurs chères à la société taïwanaise, notamment la liberté politique et religieuse, qui revêtent une importance particulière en raison des souvenirs relativement récents de son histoire proche dans sa transition démocratique.

Compte tenu du ralentissement économique de la Chine et de son taux de croissance économique annuel au plus bas depuis 1990, il faut également se demander si de telles méthodes d’oppression aussi intenses peuvent rester financièrement viables. Ce n’est un secret pour personne que, avec 200 milliards de dollars, les dépenses de la Chine consacrées au «maintien de la stabilité» (nationales) l’an dernier ont largement dépassé son budget de défense de 180 milliards de dollars. Le Xinjiang reste parmi les trois premières provinces chinoises en termes de coûts de «maintien de la stabilité». Le fait que d'importantes ressources économiques soient consacrées à des projets coûteux d'amélioration du contrôle, tels que les camps de concentration ou la technologie de reconnaissance faciale, peut créer d'autres risques économiques pour la Chine.

À l’opposé de la guerre de religion menée par la Chine, Taïwan s’est efforcée de créer un environnement favorable aux musulmans et aux autres minorités religieuses. Dans le cadre de la nouvelle politique de Taïwan, axée vers le Sud, une attention particulière est portée à la promotion d’une compréhension culturelle accrue entre Taïwan et ses voisins de l’Asie du Sud-Est, dont beaucoup abritent des populations musulmanes importantes, telles que l’Indonésie et la Malaisie. Cela inclut des initiatives telles que les célébrations de la fête de l'Aïd al-Fitr, qui marque la fin du mois islamique du jeûne, le Ramadan, ainsi que la mise en place de systèmes de certification alimentaire halal pour attirer davantage de touristes internationaux. Ici à Taïwan, les institutions religieuses sont considérées comme des témoins de la liberté et de la diversité du pays, au lieu d’être qualifiées à la hâte de menaces «extrémistes» pour les autorités. Il est donc d'autant plus important pour les Taïwanais de manifester leur soutien à la communauté ouïghoure dans ses demandes au gouvernement chinois de mettre fin à ses atrocités.

 

 

Wen Lii est le porte-parole du Parti démocrate progressiste à Taïwan. Il est analyste des questions de sécurité régionale et des affaires de l’Asie du Sud-Est.

 

Traduit de l'anglais par Ümit Dönmez

 

Photographie : Archive

 

 


ACTUALITÉ CONNEXE "OUÏGHOUR" / "XINJIANG"  / "CHINE"

 

Washington / Beijing : Des centaines de personnes appellent au soutien des États-Unis envers les Ouïghours
7 avril 2019

Les camps de détention de la province ouïghoure pourraient constituer la plus grande incarcération de masse depuis l’Holocauste
24 mars 2019

Washington : les violations chinoises contre les Ouïghours sont les pires depuis les années 30
14 mars 2019

La Turquie «suit avec inquiétude le sort des Ouïghours» en Chine
25 février 2019

Le Saoudien Mohammed bin Salman défend l'utilisation par la Chine de camps de concentration pour les Musulmans lors de sa visite à Pékin
24 février 2019

«La Turquie aide à faire connaître le sort des Ouïghours en Chine» selon un activiste ouïghour
12 février 2019

Des intellectuels et des scientifiques ouïghours sont toujours disparus
11 février 2019

Manifestations à New York en solidarité avec les Ouïghours
10 février 2019

La Turquie appelle la Chine à fermer les camps de détention des Ouïghours
9 février 2019

Des manifestations à Berlin en solidarité avec les Ouïghours
21 décembre 2018

Les législateurs indonésiens appellent à l'action contre la persécution des Ouïghours
13 décembre 2018

Chine : Des expatriés ouïghours dénoncenent les pressions sur leurs familles au Xinjiang
28 juin 2018

Chine: Appels à hisser le drapeau national sur les mosquées
21 mai 2018

La Chine interdit le port de la barbe et du niqab au Turkestan oriental
30 mars 2017

Un académicien ouïghour emprisonné en Chine remporte un prix des Droits de l'Homme
12 octobre 2016

Un glissement de terrain fait 35 morts dans le Xinjiang
7 juillet 2016

La Chine s’oppose à l’attribution d’un prix des droits humains à un leader ouïghour
1 avril 2016

 




 

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]