Inde: une candidate suspendue temporairement de campagne après ses commentaires sur la mosquée rasée

Inde: une candidate suspendue temporairement de campagne après ses commentaires sur la mosquée rasée


La candidate du BJP à Bhopal aux élections générales est également accusée d’avoir participé à un attentat à la bombe en 2008.

 

La commission électorale indienne a suspendu mercredi la campagne d'une candidate du parti au pouvoir pour les élections législatives en cours pour ses commentaires sur la destruction d'une mosquée vieille de 500 ans, entre autres remarques.

"La Commission, sans préjugé ... avertit Sadhavi Pragya Singh Thakur de ne pas répéter cette inconduite à l'avenir", a déclaré l'ordre de suspendre la campagne électorale pendant trois jours, condamnant ses propos.

Thakur, nommée le mois dernier par le parti au pouvoir Bharatiya Janata (BJP) au pouvoir comme candidate à Bhopal dans l'État de Madhya, est également accusée d'avoir participé à un attentat à la bombe à Malegaon, dans le Maharashtra, dans l'ouest de l'Inde, qui a tué six personnes et blessé plus de 100 autres. Elle est en liberté sous caution et fait face à un procès dans l'affaire.

Selon les médias locaux, Thakur a déclaré que Hemant Karkare, le plus haut policier anti-terroriste indien, avait été tué lors de l'attaque terroriste de Mumbai en novembre 2008 à cause de sa "malédiction" puisqu'il l'avait "torturée" lors de son enquête sur l'explosion de Malegaon.

En outre, elle s'est dite "fière" de sa participation à la démolition de la mosquée Babri à Ayodhya en 1992, a rapporté l'agence de presse locale Press Trust of India.

 

Mosquée Babri

En 1885, un organisme religieux hindou a demandé à un tribunal la permission de construire un temple en l'honneur de la divinité hindoue Ram à l'intérieur des locaux de la mosquée Babri, qui aurait été construite par l'empereur moghol Babur en 1526. L'autorisation a été refusée.

En 1949, un groupe d’hindous pénétra dans les locaux de la mosquée et y installa une idole de Ram. En déclarant la zone litigieuse, le gouvernement a fermé les locaux, l'idole restant à l'intérieur avec un responsable et un hindou nommés gardiens du terrain.

En 1986, l’administration locale de Faizabad a ouvert les locaux aux hindous, leur permettant de s’acquitter de leurs rituels.

En décembre 1992, des milliers de militants appartenant à des groupes extrémistes hindous et à des partis politiques, ainsi que des dirigeants du BJP, sont entrés dans la mosquée et l'ont démolie, érigeant un temple hindou à la place.

Le différend traîne dans le système juridique indien depuis des années sans issue finale.

Les élections générales en sept phases en Inde ont débuté le 11 avril et se termineront le 19 mai.

 

 

 

Ahmad Adil, Ümit Dönmez

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 


ACTUALITÉ CONNEXE "INDE / ISLAMOPHOBIE"

 

Inde: Pris de remords après avoir détruit une mosquée, il en bâtit des dizaines d'autres
17 janvier 2019

Inde: Une manifestation de militants hindous exige la construction d'un temple sur le site d'une mosquée détruite
10 décembre 2018

 



Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]