ONU : Le Bangladesh seul ne peut résoudre le problème Rohingya

ONU : Le Bangladesh seul ne peut répondre à la souffrance des Rohingya

La communauté mondiale devrait exercer davantage de pression sur le Myanmar pour résoudre la crise des Rohingya, déclare un conseiller de l'ONU sur la prévention du génocide.

 

L'ONU a exhorté dimanche les dirigeants du monde à faire pression sur le Myanmar pour qu'il ramène ses ressortissants Rohingya qui ont fui la répression militaire pour se réfugier au Bangladesh après des persécutions violentes, a rapporté l'agence de presse gouvernementale "Bangladesh Sangbad Sangstha".

"Le Bangladesh ne peut pas résoudre seul le problème [Rohingya], et la communauté internationale devrait exercer davantage de pression sur le Myanmar", a déclaré dimanche Adama Dieng, Conseiller spécial de l'ONU pour la Prévention du génocide, lors d'un appel téléphonique à la première ministre du Bangladesh Sheikh Hasina.

Dieng a souligné la nécessité d'un rapatriement pacifique des Rohingya avec la dignité et la sécurité voulues pour une solution permanente à la crise.

"L'ONU veut le rapatriement des Rohingya dans leur pays d'origine, l'Etat de Rakhine, et l'instauration d'une société pacifique et inclusive sur place", a-t-il ajouté.

Faisant l'éloge de la contribution du Bangladesh à l'hébergement de plus d'un million de réfugiés rohingya, Deing a déclaré: «Vous avez largement ouvert la porte aux Rohingya."

Hasina a, pour sa part, souligné la difficulté pour abriter les réfugiés dans son pays, les Rohingya dans la ville de Cox’s Bazar dépassant en nombre les habitants locaux.

«Les populations locales souffrent beaucoup», a-t-elle déclaré, ajoutant que la communauté internationale devrait apporter davantage de soutien.

Hasina a annoncé que le gouvernement développait une île appelée Bhashanchar pour abriter les Rohingya, bien que des observateurs internationaux aient averti que l'île était exposée aux catastrophes naturelles et ont demandé instamment que les Rohingya soient autorisés à s'y déplacer à titre volontaire, et avec une divulgation complète à leur bénéfice des informations concernant l'île.

 

Un peuple persécuté

Les Rohingya, décrits par l'ONU comme le peuple le plus persécuté au monde, font face à une peur accrue des attaques depuis que des dizaines de personnes ont été tuées lors des violences communautaires de 2012.

Selon Amnesty International, plus de 750 000 réfugiés rohingya, principalement des femmes et des enfants, ont fui le Myanmar et sont entrés au Bangladesh après que les forces du Myanmar ont lancé une campagne de répression contre la communauté musulmane minoritaire en août 2017.

Depuis le 25 août 2017, près de 24 000 musulmans Rohingya ont été tués par les forces de l’État du Myanmar, selon un rapport de l’Agence ontarienne de développement international (OIDA).

Plus de 34 000 Rohingya ont également été jetés au feu, tandis que plus de 114 000 autres ont été battus, selon le rapport intitulé "Migration forcée des Rohingya: une expérience inouïe".

L’armée et la police du Myanmar ont violé environ 18 000 femmes et filles rohingya, et plus de 115 000 maisons ont été incendiées et 113 000 autres vandalisées, a-t-il ajouté.

L'ONU a également documenté des viols collectifs, des meurtres - y compris de nourrissons et de jeunes enfants - et des passages à tabac brutaux et des disparitions perpétrées par les forces de l'État du Myanmar.

Dans un rapport, des enquêteurs de l'ONU ont déclaré que de telles violations pourraient avoir constitué des crimes contre l'humanité et une intention génocidaire.

 

 

 

Md. Kamruzzaman, Marc Chenault, Ümit Dönmez

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 

Les agences turques rétablissent la confiance des musulmans Rohingya

 

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]