Inde: Le parti du Congrès demande une enquête sur l'accord avec Dassaut Aviation pour le Rafale

Inde: Le parti du Congrès demande une enquête sur l'accord avec Dassaut Aviation pour le Rafale

Le principal dirigeant de l'opposition, Rahul Gandhi, demande une enquête sur les actions du Premier ministre Modi dans le cadre d'un contrat avec une entreprise française.

 

Le principal parti d'opposition indien a demandé jeudi une enquête sur les "actions" du Premier ministre Narendra Modi dans le cadre de la controverse portant sur un contrat de plusieurs milliards de dollars visant à acheter des avions de guerre français.

"[Il faut] Enquêter sur les documents manquants, mais également enquêter sur Narendra Modi pour les actes mentionnés dans ces documents manquants", a déclaré Rahul Gandhi, chef du parti du Congrès national indien, cité dans un compte Twitter officiel lors d'une conférence de presse à New Delhi, la capitale.

"Le contenu des dossiers indique clairement que le Premier ministre a entamé des négociations parallèles et que la livraison des avions Rafale a été retardée en raison de son intention de [faire] bénéficier [le milliardaire] Anil Ambani", a déclaré Gandhi.

Mercredi, le gouvernement indien a informé la Cour suprême que des documents classifiés liés à un accord controversé portant sur un contrat de plusieurs milliards de dollars visant à acheter des avions de guerre français avaient été volés. Les pétitionnaires dans cette affaire ont présenté des rapports publiés par un grand journal indien au sujet de l’affaire concernant l’avion à réaction qui a eu lieu devant le tribunal.

Gandhi a ajouté: "Il s'agit d'un cas flagrant de corruption ... Pourquoi n'y aurait-il pas d'enquête pénale?"

«Si le premier ministre n'est pas coupable, pourquoi ne consent-il pas lui-même à une enquête? Pourquoi a-t-il refusé de former un comité parlementaire mixte?

Mercredi, Gandhi a tweeté: "Il y a maintenant suffisamment de preuves pour poursuivre le Premier ministre dans le #RafaleScam."

Il a également déclaré que les médias étaient punis pour leur courage.

Entre-temps, le gouvernement indien a de nouveau nié les accusations jeudi.

"Nous condamnons totalement les mensonges flagrants de Rahul Gandhi ... il joue par inadvertance ou délibérément entre les mains de concurrents du Rafale", a déclaré le ministre de la Justice Ravi Shankar Prasad dans le quotidien local "Hindustan Times".

L’accord sur l’avion Rafale a déclenché une controverse politique dans le pays, le parti du Congrès accusant le Premier ministre Modi de faire l’achat à un prix trois fois supérieur à celui négocié en 2014, alors que le Parti du Congrès était au pouvoir.

Modi est également accusé de favoriser le groupe Reliance du milliardaire Anil Ambani en choisissant un partenaire national pour Dassault Aviation, le constructeur aéronautique français.

Le gouvernement indien a nié toutes les allégations à plusieurs reprises.

L'année dernière, la Cour suprême a rejeté les appels visant à sonder l'accord, mais entend maintenant les requêtes en révision déposées dans cette affaire.

 

 

Ahmad Adil, Cansu Dikme, Ümit Dönmez

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 



Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]