L'UE exclut toute intervention militaire au Venezuela

L'UE exclut toute intervention militaire au Venezuela

«Une solution ne peut ni ne doit être imposée de l'extérieur», a déclaré Federica Mogherini, responsable de la politique étrangère européenne.

 

L'intervention militaire n'est pas une option pour résoudre la crise humanitaire et politique au Venezuela, a noté mardi Federica Mogherini, dirigeante de la politique étrangère de l'Union européenne (UE).

Mogherini a déclaré que, si les tensions se sont "intensifiées de manière spectaculaire" dans le pays, la solution à la crise doit être politique "ainsi que pacifique et démocratique".

"Aucune intervention militaire à l'intérieur ou à l'extérieur du pays ne serait acceptable pour nous. Et une solution ne peut ni ne doit être imposée de l'extérieur", a-t-elle souligné au siège de l'ONU à New York.

Le président américain Donald Trump et ses principaux responsables ont toutefois refusé d'exclure l'utilisation de la force militaire pour mettre fin à la crise et ont insisté pour que toutes les options restent sur la table.

La majorité des pays de l'UE, les États-Unis et des dizaines d'autres États ont reconnu le président légitime de l'Assemblée nationale du Venezuela, Juan Guaido, après s'être déclaré président par intérim le 23 janvier.

Mais le président vénézuélien, Nicolas Maduro, a catégoriquement résisté aux appels de Guaido et de ses partisans à céder le pouvoir, insistant sur le fait qu'il est victime d'un coup d'État orchestré par les États-Unis.

Washington mène une campagne internationale visant à exercer des pressions économiques et diplomatiques sur Maduro, notamment en sanctionnant la compagnie pétrolière publique du pays, Petroleos De Venezuela S.A., ou PDVSA, et en inscrivant sur une liste noire des représentants du gouvernement vénézuélien qui lui sont restés fidèles.

Le Venezuela connaît une pénurie généralisée d'énergie, de nourriture et de médicaments et affiche le taux d'inflation le plus élevé au monde, selon le Fonds monétaire international. Son économie est en chute libre à la suite du ralentissement de sa production de pétrole brut, principal produit d'exportation du Venezuela.

La Turquie, la Russie, l'Iran, Cuba, la Chine et la Bolivie maintiennent leur soutien à Maduro.

 

 

Michael Hernandez, Betül Yürük, George Albert Bernard, Ümit Dönmez

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]