RDC : Martin Fayulu veut «refaire» les élections dans six mois

RDC : Martin Fayulu veut «refaire» les élections dans six mois

L'opposant continue à contester la victoire de Félix Tshisekedi (38,57 %) et se considère, toujours, comme le président "légitime" du Congo-Kinshasa.



L'opposant congolais Martin Fayulu, candidat malheureux de la présidentielle du 30 décembre en République démocratique du Congo (RDC) a appelé l'union africaine (UA) à "refaire" les élections présidentielle, législatives nationales dans six mois pour la "vérité des urnes".

“Je propose, donc, que ce 32ème sommet de l’Union Africaine soit une belle occasion pour l’ancrage de la démocratie en Afrique par la création d’un comité spécial de l’Union Africaine pour la vérification de la vérité des urnes en RDC”, a indiqué Martin Fayulu dans une correspondance adressée à l'UA en date du 8 Février et dont une copie a été consultée par Anadolu.

Ce comité, selon Fayulu, aura pour mission de lever le voile sur le vrai président de la République ainsi que les vrais députés élus.

"L’alternative à cette solution serait de refaire les élections dans un délai de six mois. Autrement, les Congolais ne croiront plus aux élections et ce sera une défaite pour la démocratie qui aura des répercussions au-delà de la République démocratique du Congo”, a-t-il précisé.

L'opposant continue à contester la victoire de Félix Tshisekedi (38,57 %) et se considère, toujours, comme le président "légitime" du Congo-Kinshasa.

Le candidat de la coalition Lamuka avait saisi la Cour constitutionnelle congolaise, mais sans succès.

La Cour avait, en effet, rejeté, le 20 janvier, son recours contre le résultat de la présidentielle, en le considérant comme "non fondé".

La semaine dernière, Fayulu a saisi la Cour africaine des droits de l’homme et des Peuples pour réclamer "la vérité des urnes". Aucune réponse ne lui a encore été fournie par cette instance dont les décisions sont généralement bafouées par les pays africains.

" Fayulu devrait cesser de perdre son temps inutilement, car sa requête est une peine perdue. Tshisekedi fait désormais partie des décideurs de cette union africaine. La justice congolaise lui a accordé du temps pour apporter les preuves de sa victoire, il ne les a pas apportés" a déclaré Augustin Kabuya, secrétaire général adjoint du parti de Tshisekedi (UDPS).

L'UA qui réunit depuis dimanche les chefs d'Etat et de gouvernement africains à Addis-Abeba pour le 32ème sommet, semble avoir définitivement tourné la page des élections congolaises.

Dimanche, des chefs d'Etat et de gouvernement africains ont désigné Félix Tshisekedi, comme deuxième vice-président de l'Organisation panafricaine.

Une place qui l'introduit dans le cercle restreint des décideurs du continent.

 

 

Pascal Mulegwa, Lassaad Ben Ahmed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]