Cameroun : Cinq militaires grièvement blessés par des sécessionnistes

Cameroun : Cinq militaires grièvement blessés par des sécessionnistes

Publié par Lassaad Ben Ahmed le . Publié dans Actualité Afrique

Des affrontements entre forces de l'ordre et séparatistes armés ont fait cinq blessés graves côté armée.



Des tirs ont visé un véhicule militaire de patrouille, au niveau de Widikum, une ville située dans le département de la Momo, dans la région du Nord-ouest du Cameroun, selon le commandant de la 5e région militaire interarmées, le général Aga Robinson, joint par Anadolu jeudi.

L'attaque a eu lieu mercredi. « Ce sont des sécessionnistes qui s’en sont pris aux éléments de la patrouille et ont criblé de plusieurs balles le véhicule de l’armée. Cinq militaires ont été grièvement blessés lors des échanges de tirs avec les assaillants », a déclaré le général.

« Les militaires pris dans le piège, ont été secourus par un détachement du [Bataillon d’intervention rapide] (Bir) en provenance de Mamfé dans le Sud-ouest. Les blessés ont été conduits à Batibo (région du Nord-Ouest) où ils sont pris en charge », souligne le général Aga Robinson.

Depuis le 5 février, les sécessionnistes ont lancé une opération de 10 jours de blocage dans les deux régions anglophones. Un violent conflit armé est en cours entre des séparatistes anglophones et les forces de sécurité camerounaises.

Des tirs à l'arme lourde sont entendus au quotidien dans les deux régions anglophones depuis mardi et les organisations de défense des droits de l’homme annoncent au moins 15 civils et 3 militaires tués.

Selon des témoins qu’Anadolu a pu joindre par téléphone, plusieurs dizaines des séparatistes anglophones armés avaient pris le contrôle de plusieurs localités, mercredi, où ils ont incendié des voitures avant d'être stoppés net par les forces de sécurité.

« La ville de Buea est maintenant fortement militarisée après la découverte des restes d'un soldat décapité non loin du conseil d'administration de l’office du baccalauréat », rapporte un habitant de Buea.

Depuis mardi, les séparatistes ont interdit toutes activités dans les régions du Sud-ouest et du Nord-ouest du 5 au 14 février, et ce, dans le but de perturber les activités liées à la célébration de la fête de la jeunesse du 11 février.

 

 

Peter Kum, Lassaad Ben Ahmed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer