Centrafrique : Un accord de paix conclu entre le gouvernement et les groupes armés

Centrafrique : Un accord de paix conclu entre le gouvernement et les groupes armés

Le document du projet conclu sera paraphé á Khartoum, dimanche, puis signé prochainement à Bangui.



C’est dans une ambiance enthousiaste et plus que jamais détendue que les participants aux pourparlers centrafricains de Khartoum sont sortis, samedi 2 février, de la salle de conférences de l’Académie de recherche stratégique de Khartoum, au terme d'une dizaine de jours de négociations.

Un accord de paix a été conclu entre le gouvernement centrafricain et les groupes armés, après d’âpres discussions sur les 104 revendications exprimées par les groupes armés.

Lesquelles revendications ont été harmonisées á Bouar (RCA), en août 2018.

« C’est un grand jour pour la République centrafricaine, pour le peuple centrafricain dans toutes ses communautés. Nous venons de celer un accord de paix entre le gouvernement et les quatorze groupes armés », a annoncé Smaël Chergui, commissaire à la paix et á la sécurité de l’Union africaine.

Et de poursuivre, cet accord « permettra á nos sœurs et frères centrafricains d’espérer définitivement mettre cette page douloureuse derrière eux pour que vive la réconciliation, vive le retour de la paix effectif, pour s’occuper de leurs priorités naturelles, à savoir donner la possibilité à leurs enfants d’aller à l’école, de pouvoir se soigner, et permettre par-dessus tout, à leur pays de se relancer au niveau économique et d’occuper la place qui est la leur dans la région et dans le concert de l’Afrique ».

Firmin Ngrebada, ministre d’Etat centrafricain, directeur de cabinet du président de la République qui a conduit la délégation gouvernementale aux assises de Khartoum s’est félicité du fait que les négociations se sont déroulées dans un esprit de paix et de réconciliation et que le document est finalement prêt pour être signé á Bangui.

« Au cours de ces échanges, grâce á Dieu, nous nous sommes entendus sur l’ensemble des questions que nos frères des groupes armés ont posées au chef de l’Etat. Le projet de l’accord de paix et de réconciliation nationale est prêt. Nous avons eu un échange de compromis sur les questions essentielles grâce á l’action de la facilitation. Nous sommes heureux d’avoir abouti á ces résultats que nous devons tous salués. Pour le reste, je garantis notre bonne foi pour la mise en œuvre de cet accord », a-t-il indiqué.

Même si le document dudit projet d’accord de paix et de réconciliation n’est pas encore rendu public, Abakar Sabone, conseiller politique de la branche Séléka du Front populaire pour la renaissance de Centrafrique (FPRC) en a révélé les grandes lignes.

« D’emblée, l’accord prévoit la paix et la sécurité pour notre peuple qui n’a que trop souffert. C’est l’intérêt du peuple centrafricain que nous avons mis en avant, avant toute autre considération pour arriver á cette date historique pour notre pays. Tous les problèmes ont été réglés dans l’intérêt du peuple centrafricain ».

Et d’ajouter : « Nous devons tout d’abord remercier Dieu qui a apaisé leurs cœurs des uns et des autres pour qu’on arrive, aujourd’hui, à un compromis pour asseoir une paix définitive dans notre pays pour un avenir meilleur. Nous devons observer une journée de jeûne et de prière à cet effet ».

Pour sa part, Ludovic Igor Bérenger Lamaka, Porte-parole des Anti-balaka, a affirmé que l’essentiel c’est l’accord conclu qui permettra le retour à la paix en Centrafrique.

« Je dirais avec joie que c’est la paix qui a triomphé, et le gagnant, c’est le peuple centrafricain. Aujourd’hui, le peuple centrafricain peut manifester sa joie et chanter l’hymne nationale. Nous avons tous promis que l’accord sera respecté sur l’ensemble du territoire national. Nous remercions le bon Dieu pour cela », a-t-il indiqué.

Notons que la particularité de cet accord est qu’il a été discuté de bout en bout par les vrais et principaux responsables des groupes armés qui ont participé, dont Nourredine Adam, Ali Darass, Mahamat Alkatim, Maxime Mokom, Abass Sidiki et Armel Sayo.

Le document du projet ainsi conclu sera paraphé á Khartoum, dimanche, puis signé prochainement à Bangui.

 

 

Krock sylvestre, Lassaad Ben Ahmed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]