Tunisie: Manifestation des enseignants du secondaire

Tunisie: Manifestation des enseignants du secondaire

Des milliers de manifestants ont participé à une marche sous le slogan «journée de la colère» pour revendiquer des augmentations salariales.

 

Plusieurs milliers d’enseignants du cycle secondaire ont participé mercredi à Tunis à une marche de protestation baptisée “journée de la colère”, pour revendiquer des augmentations salariales et l’amélioration de leurs conditions professionnelles.

Venus des différentes régions du pays à bord de dizaines de bus, les manifestants dont un grand nombre était vêtu de “blouses blanches”, se sont rassemblés devant le bâtiment du ministère de l’éducation avant d’emprunter un itinéraire qui les a conduit devant le siège de la centrale syndicale, l’UGTT, pour aboutir à l’avenue Bourguiba, principale artère de la capitale, où s’est tenu un imposant meeting.

“Je suis ici pour défendre ma dignité et les droits des éducateurs. L'enseignement doit être public et démocratique”, a déclaré à l’Agence Anadolu, Henda Ben Jemii, enseignante.

Portant une pancarte montrant une cour d’école à Khaznadar, près de Tunis, jonchée d’ordures, elle a plaidé pour une réforme de l’enseignement et pour l’amélioration des conditions “pénibles” aussi bien des élèves que des enseignants.

S’adressant à la foule sur une tribune dressée devant le théâtre municipal de Tunis, le secrétaire général de la fédération de l’enseignement secondaire, Lassaad Yacoubi, a dénoncé “la situation précaire” et “les souffrances” des enseignants.

“Aujourd’hui, il y a 500 écoles sans eau, sans toilettes et où les toits des salles de classes sont délabrés”, a-t-il déploré.

Il a souligné “la détermination des enseignants à continuer de descendre dans la rue pour poursuivre la lutte jusqu’à l’obtention de tous nos droits”.

Les remous qui affectent depuis plusieurs mois le secteur de l’enseignement secondaire se déroulent dans un contexte marqué par un bras de fer entre le syndicat et le ministère de l’éducation.

Les enseignants ont bloqué les examens du premier trimestre faute d’avoir obtenu satisfaction à leurs doléances.

Le ministre de tutelle Hatem Ben Salem, tout en se déclarant ouvert aux négociations avec la partie syndicale, juge les revendications salariales réclamées “exorbitantes”.

Déplorant que les élèves soient “pris en otage”, il a menacé de retenir sur les salaires des enseignants les journées observées sans travail.

“Nous défendrons l’école publique de toutes nos forces et avec notre sang s’il le faut et nous ne céderons pas aux pressions ni aux menaces. Ce sera une trahison que de lâcher prise”, a rétorqué le dirigeant syndicaliste.

 

Bouazza Ben Bouazza, Qualid Filsde Mohamed Chine

Photographie  : Archive, Nacer Talel - Agence Anadolu

 


ACTUALITÉ CONNEXE "TUNISIE"

 

Grève des enseignants tunisiens pour l'augmentation des salaires
12 décembre 2018

Tunisie: Manifestation anti-Israël à l’occasion de l’anniversaire de l’Intifada
8 décembre 2018

Tunis «travaille dur» pour résoudre les différends entre l'Algérie et le Maroc
3 décembre 2018

Tunisie : La kamikaze de l’avenue Bourguiba faisait allégeance à Daech

29 novembre 2018

Arrivée de Bin Salman en Tunisie

27 novembre 2018

La société civile tunisienne proteste contre la visite du prince héritier saoudien

26 novembre 2018

Tunisie : le nouveau cabinet de Youssef Chahed obtient la confiance du parlement

13 novembre 2018

Tunisie: Liste des nouveaux membres du Gouvernement

Attentat-suicide de Tunis : Le bilan s’alourdit à 20 blessés

29 octobre 2018

Tunisie : Formation d’un nouveau bloc parlementaire de 34 députés

27 août 2018

 

 

 










 


 

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]