Actualté ONU Centrafrique

Centrafrique : bientôt une "police" onusienne pour prévenir les abus sexuels ?

Après la révélation mardi de nouveaux cas d'abus sexuels sur quatre mineures impliquant des soldats de la MINUSCA, la force de l'ONU en Centrafrique

AA/ Bangui/ Sylvestre Krock

Un corps de "police" ayant pour vocation la prévention d'abus sexuels par des soldats de la MINUSCA sera bientôt créée, a annoncé mercredi, le chef de la Mission onusienne en Centrafrique, Parfait Onanga-Anyanga.

Cette annonce intervient au lendemain de la révélation de nouvelles accusations d'abus sexuels impliquant des Casques bleus originaires de trois pays différents. Ces accusations, se rapportant à des faits dont la date n'a pas été révélée, feraient porter à 26 le nombre d'agressions sexuelles impliquant la MINUSCA depuis l'année dernière.

"Les Commandants de la force militaire et de la police de la MINUSCA vont établir bientôt, une sorte de police qui aura pour vocation essentielle, non pas de mener des enquêtes, mais de s’assurer que nous avons un certain regard sur les troupes qui sont mises à la disposition de la MINUSCA et de s’assurer également que leurs allées et venues sont passées au peigne fin de sorte qu’il n’y ait la moindre léthargie de notre part en ce qui concerne le comportement de nos troupes", a annoncé le patron de la MINUSCA dans une conférence de presse.

Ces mesures, ont été décidées après "des entretiens avec le Haut-commissariat aux Droits de l’homme [organe de l'ONU, ndlr]", l'objectif étant de "prévenir la répétition de ce type d’acte", selon Onanga-Anyanga.

Le Chef de la Mission onusienne en Centrafrique n'a pas manqué, en outre, de condamner fermement ces présumés cas d'abus sexuels impliquant des soldats de sa mission.

« C’est un drame innommable. Il est inadmissible que nos forces, censées protéger des populations dans un environnement déjà miné par la violence, soient impliquées. Dès que nous aurons la preuve établie des responsabilités, des sanctions sévères seront appliquées de manière à ce qu’on puisse éliminer ce fléau» a martelé le patron de la MINUSCA.

Les quatre nouvelles victimes, toutes des mineures selon Onanga-Anyanga, sont en train d'être suivies par le Fonds des Nations-Unies pour l'enfance (UNICEF). Des enquêtes sont "en cours" pour déterminer les responsables, dont l'origine et le nombre n'ont pas été révélés. Ces allégations "impliquent [toutefois] la MINUSCA, mais aussi, d’autres forces internationales", selon Anyanga.

La force française en Centrafrique, Sangaris, avait également été ébranlée, l'année dernière par des scandales d'abus sexuels impliquant ses soldats.

Mots-clés: Afrique, casques bleus, afrique actualité centrafrique, Actualité Afrique, pédophililie, abus sexuels, minusca, rca, actualité rca, info rca

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]