Drapeau ONU Afrique

Centrafrique : nouvelles accusations d’abus sexuels par des Casques bleus

Publié par Agence Anadolu le . Publié dans Actualité Afrique

Début décembre, la justice française avait entendu des militaires français sur de précédents viols d'enfants commis en 2013 et 2014 en RCA

AA/ Tunis/MA

 

 L'ONU a annoncé, mardi, de nouvelles accusations d’abus et d’exploitations sexuels portés contre ses casques bleus déployés en Centrafrique.

  Au cours de la semaine écoulée, des employés du bureau du Fonds des Nations Unies pour l'enfance « Unicef » à Bangui ont effectué quatre visites pour rencontrer les quatre victimes présumées mineures, indique un communiqué publié mardi sur le site officiel de l’Organisation onusienne.

 Les autorités centrafricaines ont été informées, ainsi que les pays contributeurs de troupes concernés, en vue d’enquêter et de déterminer les responsabilités, d'après la même source. Aucune précision n’a, toutefois, été fournie sur les contingents dont il s'agissait ni sur le nombre des auteurs de ces abus.

La Mission onusienne a, en outre, indiqué qu’elle enquêtait sur ces nouvelles « allégations » d’abus sexuels commis par des soldats onusiens et d’autres éléments des forces internationales à Bangui, réitérant son attachement à « la politique de tolérance zéro ».

    «Le Représentant spécial (Onanga-Anyanga, ndlr) a réitéré son engagement sans faille envers la politique de tolérance zéro du Secrétaire général et leur a rappelé qu'il n'y aurait pas de complaisance envers les auteurs et les complices de ces crimes…», a expliqué la Minusca dans un communiqué de presse, à l’issue d’une rencontre tenue par M.Onanga-Anyanga avec des membres de la composante militaire et de la composante police de la Minusca, dans la capitale centrafricaine.

  Il a, par la même occasion, indiqué qu'il y avait des discussions avec le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme « Hcdh » sur des actions conjointes, destinées à renforcer la capacité de la Minusca à lutter contre ces abus.

  L’ONU prévoit ainsi d'établir une brigade conjointe police-force chargée d’identifier les auteurs de ce type d'abus », d'en prévenir la répétition et de  protéger les lanceurs d'alerte.

   Début décembre, la justice française a entendu quatre militaires français sur de précédents soupçons de viols d'enfants commis en 2013 et 2014. Quatorze soldats français étaient mis en cause, en plus d’autres  militaires relevant d’autres contingents africains.

 

 

Mots-clés: Afrique, Centrafrique, abus sexuel, casques bleus, afrique actualité centrafrique, actualité centrafrique, abus sexuels centrafrique, casques bleus centrafrique

Imprimer