L'Algérie envisage de réduire sa représentation diplomatique au Maroc

L'Algérie envisage de réduire sa représentation diplomatique au Maroc

En réponse à ce qu'elle considère comme une "campagne" marocaine qui la vise depuis plusieurs semaines, selon une source diplomatique bien informée.



L'Algérie envisage de réduire sa représentation diplomatique avec le Maroc, en réponse à ce qu'elle considère comme une "campagne" marocaine qui la vise depuis plusieurs semaines, selon une source diplomatique bien informée.

La source, qui a requis l'anonymat, a déclaré à Anadolu, que le ministère algérien des Affaires étrangères "a adressé plusieurs recommandations au président Abdelaziz Bouteflika concernant la crise avec le Maroc voisin".

Selon la source, l'une des recommandations est de "réduire la représentation diplomatique avec le Maroc, en expulsant un certain nombre de diplomates marocains en poste en Algérie et en fermant des représentations consulaires".

L'Algérie a convoqué l'ambassadeur marocain, mercredi, pour protester contre les déclarations, tenues mardi, par le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, annonçant la rupture des liens de son pays avec Téhéran.

"Rabat a des informations selon lesquelles des diplomates de l'ambassade iranienne en Algérie ont facilité une rencontre de dirigeants du Hezbollah avec des dirigeants du Polisario", avait déclaré Bourita.

La source diplomatique algérienne a déclaré, que d'autres recommandations ont été soumises par le ministère des Affaires étrangères à la présidence, pour une prise de décision à cet égard.

Une tournée arabe et occidentale du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, figurait également parmi les recommandations, pour contester les déclarations de Rabat sur la présence d'experts libanais du Hezbollah dans les camps de réfugiés sahraouis à Tindouf, en Algérie.

Et d'ajouter : "Les recommandations comprennent également la cessation de la coordination sécuritaire avec le Maroc, dans le cadre des organisations internationales de sécurité, dont le "dialogue 5 + 5", qui regroupe les pays européens et Maghrébins, de la Méditerranée occidentale."

La source a souligné que "les autorités algériennes ne coopèrent en aucun cas avec le Hezbollah, bien qu'elles refusent de le considérer comme un groupe terroriste, mais bien comme un mouvement de résistance, car elles reconnaissent le droit à résister à l'occupation".

Le différend sur la région du Sahara a débuté en 1975, après la fin de l'occupation espagnole de la région. Le contentieux entre le Maroc et le Polisario s'est ensuite transformé en un conflit armé, qui a duré jusqu'en 1991, avec la signature d'un accord de cessez-le-feu.

Rabat revendique son droit sur la région du Sahara et propose une autonomie élargie sous sa souveraineté, tandis que le Polisario appelle à un référendum d'autodétermination, une proposition soutenue par l'Algérie, qui abrite des dizaines de milliers de réfugiés de la région depuis plus de 40 ans.



Ahmed Aziz, Qualid Filsde Mohamed Chine

 

 



 

 

 

 

RADIO MIT - Radio Made in Turkey - RSS News

16 décembre 2018

RADIO MIT - Radio Made in Turkey - RSS News

 


 

Imprimer E-mail

  • [javascript protected email address]

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]