L'Algérie convoque l'ambassadeur du Maroc

L'Algérie convoque l'ambassadeur du Maroc

Le gouvernement algérien rejette les déclarations marocaines sur l'Algérie, a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.



L'Algérie a convoqué, mercredi soir, l'ambassadeur marocain pour protester contre les accusations selon lesquelles Alger aurait facilité le soutien iranien présumé au groupe séparatiste Polisario.

S'adressant à l'agence de presse officielle algérienne Algérie Presse Service (APS), le porte-parole du ministère algérien des Affaires étrangères, Abdulaziz bin Ali al-Sharif, a déclaré que l'ambassadeur marocain Hasan Abdulhalik avait été convoqué au ministère des Affaires étrangères.

Sharif a indiqué que l'ambassadeur avait été informé que le gouvernement algérien rejetait complètement les "fausses déclarations" faites mardi par le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, qui étaient indirectement attribuées à l'Algérie.

Plus tôt mercredi, l'agence de presse officielle iranienne IRNA a rapporté que l'ambassade d'Iran à Alger avait rejeté l'idée qu'elle aurait "des relations" avec le Front Polisario, qui exige l'indépendance de la région du Sahara Occidental du Maroc.

Plus tard dans la journée, les responsables du Polisario ont également nié toute collaboration entre le Front et le Hezbollah, a rapporté le Sahara Press Service (SPS).

"Les affirmations du gouvernement marocain sont sans fondement", a déclaré le représentant du Front basé à Paris, Bashir Abi Bouchraya, cité par le SPS, appelant Rabat à "fournir des preuves de ses affirmations".

Mardi, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a annoncé que son pays avait rompu ses liens avec Téhéran au sujet des liens présumés entre le Hezbollah libanais - proche allié de l'Iran - et le Polisario.

S'adressant aux journalistes à Rabat, N. Bourita a ajouté que le Maroc avait décidé de fermer son ambassade à Téhéran et demandé à l'ambassadeur iranien de quitter le pays.

Il a attribué les raisons de cette décision à "l'engagement du Hezbollah libanais soutenu par l'Iran  dans une relation" avec le Front Polisario, qui, selon lui, "menace la sécurité et la stabilité de notre pays".

Bourita a poursuivi en affirmant que le Maroc avait des «preuves» que le Hezbollah fournissait des fonds au mouvement séparatiste soutenu par l'Algérie. Il s'est toutefois abstenu de dire ce qu'étaient ces prétendues preuves.

"Rabat a également des informations selon lesquelles des diplomates iraniens à l'ambassade d'Alger ont facilité des réunions entre les dirigeants du Hezbollah et du Polisario", a déclaré le ministre des Affaires étrangères.

De plus, le Hezbollah a fourni des armes au groupe séparatiste, a-t-il affirmé, affirmant que la relation entre le Hezbollah et le Polisario avait débuté en 2016.

Occupé par l'Espagne jusqu'en 1975, le Sahara occidental - un vaste territoire dans le sud du Maroc - reste l'objet d'un différend entre Rabat et le Front Polisario soutenu par l'Algérie depuis plus de quatre décennies.

Depuis le début des années 1970, le Front Polisario, un mouvement autoproclamé "de libération nationale", réclame un État indépendant au Sahara occidental.

Rabat rappelle que la région fait partie intégrante du Maroc. Le Royaume a néanmoins proposé un système par lequel le Sahara occidental pourrait jouir d'une certaine autonomie tout en restant formellement sous la souveraineté marocaine.

Le Front Polisario, quant à lui, insiste sur la tenue d'un référendum populaire au Sahara Occidental pour décider du sort politique de la région.




Abdel Razek Abdallah, Ali Semerci, Fatih Hafız Mehmet, George Albert Bernard, Ümit Dönmez

 

 



 

 

 

 

RADIO MIT - Radio Made in Turkey - RSS News

16 décembre 2018

RADIO MIT - Radio Made in Turkey - RSS News

 


 

Imprimer E-mail

  • [javascript protected email address]

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]