Visite du président turc Erdoğan en Tunisie

Publié par Bouazza Ben Bouazza, Adel Thabti, Ilkay Güder, Yosra Ouanès, Adil Essabiti, Qualid Filsde Mohamed Chine, Esma Ben Said, Nadia Chahed, Hatem Katou et Mona Saanouni le . Publié dans Actualité Afrique

Visite du président turc Erdoğan en Tunisie
Une série d'articles qui relatent la visite du président turc en Tunisie.

Photographie par Kayhan Özer, Yassine Gaidi, Agence Anadolu et Murat Çetinmühürdar, Service présidentiel turc de presse

Articles par Bouazza Ben Bouazza, Adel Thabti, Ilkay Güder, Yosra Ouanès, Adil Essabiti, Esma Ben Said,  Qualid Filsde Mohamed Chine, Mona Saanouni,  Nadia Chahed et Hatem Katou

 

 


Arrivée du président Erdoğan à Tunis

 

AA / Tunis

Le président turc, Recep Tayyip Erdoğan, est arrivé, mardi soir, à Tunis dans le cadre d'une visite officielle de deux jours, à l'invitation de son homologue tunisien, Béji Caid Essebsi.

En provenance du Tchad, l'avion présidentiel a atterri sur le tarmac de l'aéroport international Tunis-Carthage, tard dans la soirée du mardi.

La Tunisie est l'ultime étape d'une tournée africaine, du 24 au 27 décembre, effectuée par le président Erdogan qui s'était déjà rendu au Soudan et au Tchad.

Le président turc a été accueilli à son arrivée par le ministre tunisien des Affaires étrangères Khemaies J’hinaou, le Représentant spécial du président, Lazhar Karoui Chebbi, le gouverneur de Tunis, Chedly Bouallegue, le maire de la capitale Seifallah Lasram, ieu Directeur du Protocole d'Etat Lasra de, l'ambassadeur de la Tunisie à Ankara, Fayçal Ben Mustapha, et l’ambassadeur de Turquie à Tunis, Ömer Faruk Doğan ainsi que le personnel de l'ambassade.

Le président turc est accompagné, dans sa visite, de son épouse Emine Erdoğan, du chef d'état-major Hulusi Akar, des ministres des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu, de l'Economie Nihat Zeybekçi, de l'Agriculture, de l'Alimentation et de l'Elevage, Ahmet Eşref Fakibaba, de la Culture et du tourisme, Numan Kurtulmuş, des Finances Naci Ağbal, de l'Education İsmet Yılmaz, de la Défense Nurettin Canikli, des Transports, de la Navigation et des Communications, Ahmet Arslan et de l'Energie et des Ressources renouvelables, Berat Albayrak.

Une importante délégation d’hommes d’affaires et d’opérateurs économiques effectue, également, le déplacement avec Erdoğan.


Erdoğan en Tunisie : Programme de la visite

 

Le président turc, Recep Tayyip Erdoğan, entamera mercredi matin, à Tunis, une série de réunions avec de hauts des responsables tunisiens et supervisera un forum économique entre les deux pays.

Erdogan est arrivé, tard mardi soir à Tunis la capitale tunisienne. Il s’agit de sa première visite en tant que président, en Tunisie. Il s’y était rendu à deux reprises en tant que Premier ministre en septembre 2011 pour renforcer les relations bilatérales, et en juin 2013, dans le cadre du soutien aux Révolutions du Printemps arabe.

Selon un communiqué diffusé par la présidence tunisienne, lundi dernier, le président turc effectue une « visite d’Etat » en Tunisie  à l'invitation de son homologue tunisien Béji Caïd Essebsi.

Selon le programme de la visite, dont Anadolu a eu copie, après une cérémonie d’accueil officielle, le président turc tiendra une réunion bilatérale avec le son homologue tunisien au Palais de Carthage.

L’entretien sera suivi  d'une réunion élargie entre la délégation accompagnant Erdoğan, qui comprend un grand nombre de ministres et d’hommes d'affaires, et une délégation tunisienne.

La réunion s’achèvera par la signature d'accords bilatéraux entre la Turquie et la Tunisie, et la tenue d'une conférence de presse conjointe des deux présidents.

Après un déjeuner officiel offert en son honneur au Palais de Carthage, le président turc et sa délégation se rendront au cimetière des Martyrs à Séjoumi, dans l’ouest de Tunis, pour se recueillir à la mémoire des Tunisiens tombés dans la lutte contre la colonisation française.

Par la suite, il est prévu qu’Erdoğan se rende au siège de l'Assemblée des Représentants du Peuple (Parlement) dans la zone du Bardo, à Tunis, afin de s’entretenir avec le président du Parlement Mohamed Naceur.

Le président turc se dirigera ultérieurement au palais du gouvernement à la Kasbah dans la vieille ville de Tunis en vue d’une réunion avec le Premier ministre Youssef Chahed.

En outre, il est attendu qu’Erdoğan tienne des entretiens avec les dirigeants des trois plus grands partis tunisiens en termes de représentation au parlement.

Il rencontrera respectivement Rached Ghannouchi, chef du mouvement Enahdha (islamique, 68 députés sur 217), Hafedh Caid Essebsi, fils du président du pays et directeur exécutif du Mouvement Nida Tounes (libéral, 56 députés), et Mohsen Marzouk, secrétaire général du Parti Machrou Tounes (Projet de Tunisie, libéral, 21 députés).

Selon la présidence tunisienne de cette visite intervient dans le cadre de la « volonté commune des deux pays de soutenir les relations de coopération bilatérale et de la diversifier, et de discuter de questions d'intérêt commun».

Les relations tuniso-turques remontent au XVIe siècle, époque où les Turcs ottomans ont fourni leur aide aux Tunisiens face à l’occupation espagnole.

Les relations entre les deux pays se sont poursuivies après l'indépendance de la Tunisie en 1956. Le premier président tunisien, le défunt Habib Bourguiba, a été influencé par « l'expérience moderniste » du fondateur de la République Turque, Mustafa Kemal Atatürk.

Depuis l’arrivée du Parti de la justice et le développement (AK Parti) au pouvoir en Turquie en 2002, les relations entre les deux pays se sont renforcées davantage, a déclaré  l'ambassadeur turc Ömer Faruk Doğan, à la presse tunisienne locale il y a quelques jours.

L'ambassadeur a indiqué que ces relations ont été considérablement renforcées après la révolution du 14 janvier 2011, qui a évincé le régime de l'ancien président tunisien Zine El Abidine Ben Ali.

Selon Doğan, la Turquie a accordé à la Tunisie, après la révolution, des financements à hauteur de  500 millions de dollars (USD), dont 200 millions de dollars pour soutenir la sécurité et la stabilité.

 La Turquie a fait don de matériel d'une valeur de 55 millions de dollars aux municipalités, aux ministères et aux laboratoires médicaux et pharmaceutiques au cours de la même période.

Les échanges commerciaux entre les deux pays ont estimés en 2016 à environ 1 milliards de dollars  2016, dont 240 millions de dollars d’exportations tunisiennes, et 760 millions de dollars d’exportations turques, selon la même source.

Le ministre turc des Affaires étrangère, Mevlüt Çavuşoğlu, avait assisté au Symposium international pour l'investissement, qui a eu lieu à Tunis les 29 et 30 Novembre 2016.

Lors du Symposium, la Turquie a accordé à la Tunisie un dépôt de 100 millions de dollars.


Tunisie: Accueil officiel du président Erdoğan au palais de Carthage

 

Une cérémonie officielle haute en couleurs a été organisée mercredi matin sur l’esplanade du palais de Carthage, dans la banlieue nord de Tunis, en l’honneur du président Recep Tayyip Erdoğan, arrivé la veille au soir dans la capitale tunisienne pour une visite de deux jours, dernière étape d’une tournée africaine qui l’a déjà conduit au Soudan et au Tchad.

A sa descente de voiture, le chef de l’État turc a été accueilli par son homologue tunisien Béji Caïd Essebsi qui lui a souhaité la bienvenue et lui a donné l’accolade, tandis que la garde présidentielle claironnait le salut à l’hôte de la Tunisie.

Les deux présidents ont ensuite passé en revue un détachement des trois armes de la garde présidentielle, avant de saluer le drapeau au son des hymnes nationaux des deux pays.

A l’issue de la cérémonie officielle, Caïd Essebsi et Erdoğan ont entamé leurs entretiens officiels en tête-à-tête, qui ont été par la suite élargis aux membres des délégations des deux pays.



 

La visite que vient d’effectuer le président Recep Tayyip Erdoğan en Tunisie a, manifestement, dégagé une volonté commune d’aller solidairement de l’avant pour le renforcement de la coopération bilatérale.

A l’issue de leurs entretiens, le président tunisien Béji Caïd Essebsi et son hôte ont fait état par ailleurs, d’une convergence de vues sur les problèmes régionaux et internationaux d’intérêt commun, en particulier la cause et la situation de la ville sainte d’Al Qods, ainsi sur la crise libyenne.

« C’est un grand moment », a résumé le ministre tunisien du Développement, de l’investissement et de la coopération internationale, Zied Laâdhari dans une déclaration à  Anadolu.

Reflet du climat qui a présidé aux rencontres entre les dirigeants des deux pays, le président turc a, au début de la conférence de presse conjointe avec Caïd Essebsi, ouvert une parenthèse pour … féliciter la Tunisie pour la qualification de son équipe nationale de football à la coupe du monde, en lui souhaitant plein succès lors de la phase finale en Russie.

Mettant l’accent sur « la détermination partagée d’approfondir la coopération bilatérale en prenant en compte la conjoncture que traversent chacun des deux pays », le président tunisien n’a pas manqué d’exprimer « sa reconnaissance pour la compréhension manifestée à cet égard par son homologue turc ».

Mêmes sentiments exprimés par Erdoğan qui s’est dit « heureux de se (re)trouver en Tunisie », en se réjouissant de l’évolution qu’elle connaît.

« Depuis ma première visite en Tunisie en 2013, je constate que la Tunisie a fait de grands progrès sur la voie de la démocratie qui peuvent être une source d’inspiration pour tous les pays de la région », a noté le président turc.

Il a rappelé que « la Turquie a été aux côtés de la Tunisie dans les moments difficiles », assurant que « nous ne faisons pas de distinction entre la sécurité et la stabilité de la Tunisie et celles de la Turquie ».

Dans ce contexte, même le déséquilibre de la balance commerciale au détriment de la Tunisie, qui a suscité la polémique, a été abordé dans un esprit positif. Les ministres tunisiens et turcs concernés feront le suivi de ce dossier pour trouver les moyens à même d’y remédier.

« Nous aspirons à accroître nos échanges, mais de manière équilibrée », a affirmé le chef de l’exécutif turc en faisant valoir que le forum économique tuniso-turc tenu en marge de sa visite, sera « un point de départ important pour impulser les relations bilatérales vers de meilleurs niveaux ».

Similitude des positions également sur les problèmes d’actualité internationale. Erdoğan et Caïd Essebsi ont, par la même occasion, réitéré leur refus de la décision américaine de reconnaître Al Qods (Jérusalem) comme capitale d’Israël.

Saluant l’adoption par l’assemblée générale des Nations Unies, à une large majorité de 128 voix, d’une résolution rejetant l’initiative américaine, le chef de l’Etat turc qui est aussi président en ercice de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), a ajouté :

« La question d’Al Qods interpelle la conscience de l’humanité. Nous ne tolérerons pas qu’il y soit porté atteinte. C’est une ligne rouge ».

Sur la Syrie, Erdoğan a été intransigeant : la crise syrienne ne peut pas être résolue avec le maintien de Bachar Al Assad qui a tué environ un millions de ses concitoyens, a-t-il insisté.

« Il n’est pas possible de poursuivre avec un homme qui tratique le terrorisme d’Etat. C’est un terroriste », a-t-il lancé sans ambage.

« Son maintien serait une injustice envers les victimes », a-t-il encore dit.


Le mouvement tunisien Ennahdha a salué la visite du président turc, dans un communiqué
 

 Le Mouvement tunisien Ennahdha a salué la visite du président turc, Recep Tayyip Erdoğan, qui est arrivé en Tunisie mercredi, assurant que cette visite s’inscrit dans le cadre du soutien de la Turquie à l’expérience tunisienne.

C’est ce que le Mouvement a déclaré, dans un communiqué rendu public mercredi, à l’issue de la réunion de son Bureau exécutif, et dont Anadolu a reçu une copie.

Ennahdha a salué dans le communiqué, la visite de Recep Tayyip Erdoğan en Tunisie, soulignant qu'elle est destinée à « renforcer les relations de coopération bilatérale entre les deux pays frères ».

Cette visite vient confirmer le soutien continu de la Turquie à l’expérience tunisienne, a ajouté le Mouvement, sans plus de précisions.


Plus de 150 opérateurs turcs au Forum économique de Tunis

 

« C’est un bon pas dans la bonne direction, nous devons continuer sur cette voie », c’est en ces termes que le ministre tunisien du Développement, de l’investissement et de la coopération internationale, Zied Laâdhari a résumé les travaux du forum économique tuniso-turc qui s’est tenu mercredi après-midi à Gammarth, dans la banlieue nord de Tunis.

Plus de 150 opérateurs turcs ont participé aux côtés de leurs homologues tunisiens à ce forum qui a donné lieu à des rencontres B to B destinées à nouer des partenariats entre les investisseurs des deux pays.

Le forum a été ouvert par des exposés sur le climat d’investissement en Tunisie, les avantages et les incitations qu’il offre, ainsi que sur les opportunités qui se présentent devant les investisseurs des deux pays.

« Les relations économiques sont en-deça des potentiels dont disposent les deux pays. Notre ambition est de les élever au niveau des rapports historiques et politiques privilégiés », a déclaré à la presse Laâdhari en faisant remarquer que les deux parties oeuvrent de concert pour remédier au déséquilibre de la balance commerciale.

Il a noté que ce forum vise à ouvrir des horizons nouveaux pour la coopération et l’investissement entre les deux pays et de prospecter ensemble de nouveaux marchés, singulièrement en Afrique.

Selon lui, il s’agit entre autres d’inciter le secteur privé turc à investir en Tunisie, à la faveur de partenariats gagnant-gagnant, sachant que la Turquie investit à l’étranger pas moins de 6 milliards de dollars contre seulement 150 millions de dollars en Tunisie.

« Pour nous, gouvernement tunisien, nos portes sont ouvertes et nous sommes animés d’une forte volonté politique pour faciliter les projets d’investissement et les accompagner », a-t-il martelé.

Le ministre turc de l’Economie Nihat Zeybekci, a lui, plaidé pour la recherche des moyens de réaliser l’équilibre des échanges commerciaux entre les deux pays, qui accusent un net déficit au détriment de la Tunisie, faisant état de la disposition de son pays à augmenter les exportations tunisiennes vers la Turquie.

« Nous allons ouvrir nos portes sans limite et nous sommes aux côtés de la Tunisie, car l’accord de libre-échange doit être bénéfique aux deux pays », a-t-il assuré en notant que la Turquie envisage d’accroître ses importations d’huile d’olive et des phosphates tunisiens et propose de créer des projets de transformation de cette matière en engrais.

« Nous sommes tenus de réussir et nous devons aller côte à côte », a-t-il plaidé.

Un autre forum similaire doit se tenir dans de proches délais en Turquie, a annoncé Laâdhari.

Les voies et moyens d’impulser la coopération économique bilatérale et de rééquilibrer la balance commerciale entre les deux pays sera par ailleurs, au centre la réunion du Haut comité stratégique, a-t-il ajouté. turc prévu en février prochain.


Emine Erdoğan visite l’école de la Fondation turque Maarif à Tunis

 

Emine Erdoğan, l’épouse du président turc, Recep Tayyip Erdogan, a visité, mercredi, l’école de la Fondation turque Maarif à Tunis, inaugurée le 3 octobre dernier.

L’épouse du président turc a participé à un événement auquel ont assisté les élèves de l’école et leurs parents, pour souligner la confiance entre les deux pays.

Les enfants ont chanté lors de l’événement des chansons en langue turque.

Ont également participé à l’événement, le ministre turc de l’Education, Ismet Yilmaz, le président de la Fondation turque Maarif, Birol Akgün, l’épouse du chef d’Etat-major, Şule Akar ainsi que plusieurs épouses des ministres turcs.

L’événement a été conclu par une photo de famille. 


Erdoğan dépose une gerbe de fleurs au Mémorial des Martyrs de Tunis

 

Le président turc, Recep Tayyip Erdoğan, a déposé, mercredi, une gerbe de fleurs au Mémorial des Martyrs à Tunis.

Le Monument des Martyrs est un monument aux morts dans la banlieue de Séjoumi près de la capitale Tunis où sont enterrés les martyrs du pays tombés au champ d’honneur contre le colonialisme français (1881-1956).

Le président turc s’est rendu au Mémorial des Martyrs en marge de sa visite en Tunisie où il était arrivé, tard dans la soirée du mardi dans le cadre d’une tournée africaine qui l’a conduit depuis dimanche au Soudan et au Tchad.

Le président turc a rencontré son homologue tunisien, Béji Caïd Essebsi, plus tôt dans la journée de mercredi. Ils ont animé une conférence de presse conjointe, avant qu’Erdoğan ne soit décoré des insignes de l’Ordre de la République par Caïd Essebsi, qui a organisé par la suite un déjeuner officiel en son honneur.

 


Le Chef d’état-major turc rencontre le ministre tunisien de la Défense
 

Le chef d’état-major de l'armée turque, Hulusi Akar, a rencontré, mercredi, à Tunis, le ministre tunisien de la Défense, Abdelkérim Zébidi.

Le commandement de l'état-major turc a indiqué, dans un communiqué, «qu’Akar a accompagné le président turc, Recep Tayyip Erdoğan, dans sa visite officielle en Tunisie ».

Le communiqué a souligné «qu’Akar a tenu en marge de la visite, une réunion avec le ministre tunisien de la Défense, Abdelkérim Zébidi».

Le communiqué n’a pas fourni plus de détails sur les questions abordées par les deux responsables lors de la réunion.

Erdoğan était arrivé, tard dans la nuit de mardi à mercredi, à la capitale Tunis, venu du Tchad, dans le cadre de sa tournée africaine, entamée dimanche dernier par une visite historique au Soudan.


Rencontres d’Erdoğan avec des responsables et des politiciens tunisiens

 

Le président turc, Recep Tayyip Erdoğan, a rencontré, mercredi, distinctement, à Tunis, le Premier ministre tunisien, Youssef Chahed, et le président du Parlement Mohamed Ennaceur.

Le correspondant d’Anadolu a rapporté qu’Erdogan a rencontré Chahed et Ennaceur, distinctement, dans la capitale Tunis, en marge de sa visite officielle dans le pays. 

La rencontre entre le président turc et Chahed s’est poursuivie pendant 50 minutes et 45 minutes avec Ennaceur, en présence de nombre de ministres et de responsables turcs.

Ultérieurement, Erdoğan a reçu, séparément, le chef du Mouvement Ennahdha Rached Ghannouchi et le Directeur exécutif du parti «Nidaa Tounes» Hafedh Caïd Essebsi.

Les deux rencontres se sont déroulées à huis clos.


Caïd Essebsi décore Erdoğan de l’ordre de la République

 

Le président tunisien, Béji Caïd Essebsi, a décoré, mercredi, son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, de l’ordre de la République.

D’après la correspondante d’Anadolu, les deux présidents ont tenu mercredi une conférence de presse conjointe au Palais présidentiel dans la capitale Tunis. Caid Essebsi a par la suite organisé un déjeuner officiel en l’honneur d’Erdogan.

Outre les deux présidents, l’épouse d’Erdogan, Emine Erdogan, et l’épouse de Caïd Essebsi, Chadlia Caid Essebsi, ont été présentes au déjeuner.

Les deux présidents ont effectué une tournée dans les différents pavillions au Palais, au cours de laquelle ils ont apprécié une série d'œuvres d’art.


Tunisie-Turquie : Trois accords et un protocole signés

 

La Tunisie et la Turquie ont signé, mercredi, au Palais de Carthage à Tunis, trois accords de coopération dans différents domaines, et un protocole d’accord dans le domaine de la formation militaire.

Les accords ont été signés au cours d’une cérémonie organisée en marge de la «visite d’Etat» effectuée par le président turc, Recep Tayyip Erdogan, à Tunis, selon des déclarations faites aux médias par le ministre tunisien des Affaires étrangères, Khemaies J’hinaoui.

J’hinaoui a déclaré au Palais de Carthage que « le premier accord porte sur la coopération dans le domaine militaire », relevant qu’un «protocole visant à renforcer la coopération entre les deux pays dans le domaine de la formation militaire a été signé et il y a une possibilité à tenir des stages de formation en Turquie », a-t-il dit.

« Le deuxième accord est relatif à la protection et à l’encouragement des investissements entre les deux pays », a poursuivi le ministre, qualifiant cet accord de « très important dans le domaine de l’impulsion des investissements turcs en Tunisie ».

«Le troisième mémorandum d’entente concerne la coopération et le partenariat dans le domaine environnemental », a encore précisé J’hinaoui.
Dans le même ordre d’idées, le ministre a souligné qu’il existe une coopération stratégique entre les deux pays dans le cadre du Conseil de coopération stratégique tuniso-turc » qui se réunira en 20178 au niveau de la présidence des deux gouvernements, sans pour autant préciser de date.

« La Turquie fait preuve de compréhension par rapport à la situation économique que traverse la Tunisie et dispose de la volonté d’aider la Tunisie pour promouvoir ses exportations à destination de la Turquie », a-t-il relevé.

Le volume des échanges commerciaux entre les deux pays s’élèvent à 1 milliard 125 millions de dollars, selon les déclarations du président turc au cours d’une conférence de presse conjointe tenue avec son homologue tunisien, Béji Caid Essebsi, plus tôt dans la journée du lundi.

La Tunisie est devenue une destination importante des investissements turcs. Quelque 50 entreprises turques sont implantées en Tunisie dans différentes secteurs ont permis de créer 2500 postes d’emploi (dont 100 pour les Turcs établis en Tunisie), selon des statistiques officielles tunisiennes.

Mots-clés: Afrique, Turquie, Actualité Afrique, Tunisie, afrique politique, tunisie premier ministre, Essebsi, Béji Caid Essebsi, turquie solidarité, Actualité Turquie, monde musulman, Tunis, Turquie actualité, droits femmes, gouvernement tunisie, Yosra Ouanes, Maghreb, Qualid Filsde Mohamed Chine, Adil Essabiti, Nadia Al Chahed, Hatem Katou, Esma Ben Said, droits de l'homme, tunisie politique, bourguiba, République de Turquie, turquie histoire, Ataturk, Mustafa Kemal Atatürk, ambassadeur turquie, Afrique du Nord, Adel Thabti, tunisie sécurité, tunisie actualité, tunisie coopération, turquie politique, turquie gouvernement, ennahda, tunisie démocratie, tunisie president, agence anadolu, ambassade turquie, ambassade afrique, ambassade turquie afrique, turquie président, recep tayyip erdogan, afrique politique, Méditerranée, Méditérranée Orientale, afrique du nord diplomatie, tunisie gouvernement, tunisie turquie, mediterranée politique, Méditerranée Centrale, Youssef Chahed, monde arabo-musulman, femmes moyen-orient, Ömer Faruk Doğan, ambassade tunisie, ambassadeur tunisie, turquie maghreb , Kayhan Özer, Jana Jabbour, Murat Çetinmühürdar, Bouazza Ben Bouazza, Yassine Gaidi

Imprimer