Des «Épouvantails» dans la plus grande prison tunisienne

Le long métrage relate l’histoire de Zina et de Djo, deux jeunes filles qui ont été embarquées vers la Syrie mais qui ont néanmoins réussi à fuir l’organisation terroriste Daech et à retourner en Tunisie, en décembre 2013

 

Dans le cadre de la cinquième édition des "Journées Cinématographiques de Carthage (JCC) dans les établissements pénitentiaires", le réalisateur tunisien, Nouri Bouzid a projeté son nouveau film "Les Épouvantails" à la prison civile de Mornaguia, dans la banlieue de la capitale Tunis.

La direction des JCC a décidé de projeter sept films dans sept différentes prisons, dans le cadre du festival qui se déroule à Tunis du 26 octobre au 2 novembre.

"Les Journées cinématographiques de Carthage dans les établissements pénitentiaires" est une initiative lancée en 2015 par le réalisateur Ibrahim Letaief, lorsqu’il était à la tête du comité directeur du festival.

Le long métrage relate l’histoire de Zina et de Djo, deux jeunes filles qui ont été embarquées vers la Syrie mais qui ont néanmoins réussi à fuir l’organisation terroriste Daech et à retourner en Tunisie, en décembre 2013.

Le scénario a été écrit par Nouri Bouzid, et les principaux acteurs du film sont Nour Hajri (Zina), Joumène Limam (Djo), Afef Ben Mahmoud (avocate), Mehdi Hajri (Idriss), Sondes Belhassan (la mère) et Noaman Hamda (le père).

Le film, sur lequel le réalisateur a commencé à travailler dès 2013, traite de la question "de l’envoi de femmes à l’organisation Daech en Syrie", une affaire dont de nombreuses tunisiennes ont été victimes et qui a émergé en Tunisie durant les années 2012 et 2013.

Le long métrage évoque la souffrance subie par les deux jeunes filles dans l’enfer syrien, à telle enseigne que les horreurs traversées les ont poussées à s’emmurer dans le silence. Elles n’ont pas dénoncé les Tunisiens responsables de leur envoi en Syrie, se trouvant ainsi dans une autre prison qui implique inéluctablement leur rejet systématique par leurs familles et leur société.

Ce double rejet familial et social a poussé Djo au suicide, après être rentrée au pays en étant enceinte d’un émir daéchien.

Bouzid a opté pour des séquences serrées tout au long du film pour exprimer au mieux l’état d’esprit des deux femmes, introverties et recroquevillées sur leurs douleurs.

Treize ans après sa dernière participation aux JCC, en 2006, avec "Making of", Bouzid revient avec "Les Épouvantails", long métrage projeté, samedi, à l’ouverture de la 30ème édition des JCC.

À l’issue de la projection, Bouzid a déclaré à l'Agence Anadolu : "j’ai réalisé ce film, cinq ans après l’émergence de l’affaire de l’envoi de femmes vers Daech. J’ai voulu que cette image atteigne sa plénitude en mon for intérieur pour que je puisse en saisir tous les contours et en déchiffrer l’ensemble des codes. J’aime raviver les souvenirs, car ces douloureux événements ne doivent pas être jetés aux oubliettes dès lors qu’ils ont intégré notre mémoire."

De son côté, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation en Tunisie, Sofien Mezghich a déclaré que la projection du film à Mornaguia, le plus grand centre carcéral en Tunisie, a été suivie par 670 prisonniers, qui ont assisté en direct à la projection et par plus de 5 400 autres prisonniers qui ont suivi le film sur des écrans à partir de leurs cellules.

"Nous œuvrons à humaniser le régime d’application des peines dans les prisons, non seulement en garantissant de bonnes conditions de séjour, un bon traitement et le droit à la santé, mais aussi par le truchement de la culture, un des éléments essentiels pour changer et réformer l’attitude du prisonnier", a-t-il affirmé.

 

 

Marwa Sehli, Hatem Kattou

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Syrie, Tunisie, daech, cinema, tunisie cullture, festival cinéma

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]