Burkina Faso : 16 personnes tuées dans le nord

Des renforts ont été déployés et des opérations de ratissage ont commencé dans la nuit de dimanche à lundi, dans la commune rurale de Pobé-Mengao, selon des témoins.



Seize personnes ont été tuées dans la commune rurale de Pobé-Mengao située à 25 km de Djibo, chef-lieu de la province du Soum, au nord du Burkina Faso, a-t-on appris, lundi, d’après des témoins.

La commune rurale de Pobé-Mengao a été la cible d’une attaque dans la nuit du 26 au 27 octobre, a indiqué un fonctionnaire ayant requis l'anonymat.

« Ces hommes, venus sur des motos ont enlevé, puis tué leurs otages dont les corps ont été retrouvés sur la route de Pételbongo », a-t-il expliqué.

Cette tuerie a eu lieu à l'arme blanche, d’après les premières constatations.

Selon la même source, dans la soirée du dimanche, des renforts sont arrivés à Pobé-Mengao, pour sécuriser les lieux et des patrouilles se sont mis à ratisser la région.

Les assaillants ont également emporté 03 tricycles, pillé des commerces et incendié un véhicule.

Cette recrudescence des attaques menées par des individus armés provoque un nombre massif de déplacés internes concentrés à Djibo, chef-lieu de la province du Soum.

Les autorités, n'ont pas réagi à cette attaque jusqu'à lundi après-midi.

Le Burkina Faso est particulièrement ciblé par des attaques récurrentes depuis 2015, notamment dans les régions du nord et de l'est.

Le climat d’insécurité qui prévaut dans le pays a amené les autorités burkinabè à décréter un couvre-feu d’un mois (15 octobre-14 novembre) dans la province du Loroum. Un couvre-feu est également décrété dans la région du Sahel, nord-est du pays pendant 45 jours à compter du 21 octobre.

Par ailleurs, un état d’urgence avait été instauré fin décembre 2018 dans plusieurs provinces situées au nord et à l'est du pays, dont le Soum. Une mesure qui a été prolongée de 6 mois depuis juillet et qui restera en vigueur jusqu’au 12 janvier 2020.

A noter que lors d’un récent point de presse, la ministre en charge des affaires humanitaires faisait état d’un peu moins de 500 0000 personnes déplacées interne au Burkina Faso en raison de la situation sécuritaire fortement dégradée.

 

 

Wendyam Valentin Compaoré, Lassaad Ben Ahmed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: attaque, Burkina Faso, burkina faso terrorisme

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]