Cameroun : rapatriement volontaire de 4000 réfugiés centrafricains

En décembre 2013, des centaines de milliers de personnes ont été forcées de fuir leurs foyers quand les violences ont éclaté en RCA, des groupes armés tuant brutalement des civils, pillant des maisons et incendiant des villages.



Le Cameroun a entamé, mercredi, le rapatriement volontaire d'environ 4.000 réfugiés centrafricains installés dans la région du l’Est du pays, avec l'appui du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), ont annoncé les autorités camerounaises.

Le HCR a affrété des bus et des camions pour ces opérations de rapatriement des réfugiés et leurs effets du Cameroun pour la Centrafrique.
Ces engins effectueront plusieurs voyages par semaine entre la localité de Gado Badzéré à l’Est du Cameroun et Bangui, capitale de la Centrafrique.

A partir de Gado Badzéré, les équipes du HCR et des officiels camerounais accompagneront ces réfugiés vers leurs destinations finales.

Le premier convoi de 500 sur les 4.000 réfugiés qui ont volontairement accepté de retourner en RCA sont partis du Cameroun, mercredi, après une cérémonie officielle présidée par le ministre camerounais de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji.

Ces opérations de rapatriement viennent d’être lancées après que les réfugiés centrafricains eurent fait part, en juin dernier, de leur souhait de rentrer chez eux, selon le ministre Atanga Nji.

Ces derniers avaient « librement et volontairement exprimé leur volonté de retourner dans leur pays d'origine. Ils avaient confirmé ce désir lors de la visite par nos autorités qui étaient venues s'enquérir de leur situation dans ce camp », a souligné à Anadolu le membre du gouvernement camerounais.

D’après le HCR, « le caractère libre et volontaire du rapatriement a été vérifié pour toutes les personnes impliquées dans les opérations qui sont mises en œuvre. Ceux des réfugiés centrafricains qui ne se sentent pas prêts à regagner leur pays d’origine conserveront leur statut de réfugié et la protection des autorités camerounaises ».

Pour rappel, le HCR avait signé le 29 juin 2019 à Yaoundé, un accord tripartite avec le Cameroun et la République centrafricaine (RCA). Cet accord fixait le cadre juridique du retour volontaire des 275 000 réfugiés centrafricains établis au Cameroun.


En décembre 2013, des centaines de milliers de personnes ont été forcées de fuir leurs foyers quand les violences ont éclaté en RCA, des groupes armés tuant brutalement des civils, pillant des maisons et incendiant des villages.

« Aujourd’hui, plus de 601,000 réfugiés centrafricains sont toujours à l’abri au Cameroun, au Tchad, en République Démocratique du Congo et au Congo » et « plus de 600,000 personnes sont toujours déplacées à l’intérieur du pays », estime l’agence l’onusienne dans une publication datant de juillet 2019.

 

 

Peter Kum, Lassaad Ben Ahmed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Centrafrique, Cameroun, centrafrique réfugiés, réfugié centrafrique, réfugié cameroun, Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), réfugiés centrafricains

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]