Tunisie : Le deuxième tour de l’élection présidentielle a finalement eu son débat

Ce débat tant attendu par les tunisiens, s’il restera dans les annales comme le premier débat opposant deux candidats à une élection présidentielle démocratique, n’aura sans doute pas d’effets marquants sur le résultat du scrutin.

 

Au soir du vendredi 11 octobre 2019, les tunisiens avaient rendez-vous avec l’histoire. Les deux candidats arrivés en tête au premier tour de l’élection présidentielle, s’affrontaient en face à face, dans le cadre d’un débat télévisé diffusé en direct sur la chaîne de télévision nationale et repris par bon nombre d’autres chaînes de télévision et de radios, publiques et privées.

Les deux candidats, Kaïs Saïed, professeur de Droit constitutionnel et Nabil Karoui, homme d’affaire et de médias, étaient présents sur ce plateau pour défendre leurs programmes respectifs et débattre de leurs visions de la Tunisie de l’après 13 octobre, date du deuxième tour des élections présidentielles.

Le face à face entre les deux candidats a failli ne pas avoir lieu, puisque le candidat Nabil Karoui n’a été libéré de prison que le 9 octobre. L’homme d’affaires était en effet incarcéré dans le cadre d’une affaire de corruption et de blanchiment d’argent, qui est toujours en cours.

Ce débat tant attendu par les tunisiens, s’il restera dans les annales comme le premier débat opposant deux candidats à une élection présidentielle démocratique, n’aura sans doute pas d’effets marquants sur le résultat du scrutin, car il n’a manifestement pas fait bouger les lignes. L’ascendant de Kais Saïed en est sorti renforcé, de même que Nabil Karoui a confirmé son statut de porte-drapeau de la deuxième force politique du pays.

Le débat s’est articulé autour des trois axes principaux qui caractérisent les prérogatives qu’accorde la constitution tunisienne au locataire du palais de Carthage, à savoir la sécurité nationale et la défense, la politique étrangère et les initiatives législatives.

S’agissant de la sécurité nationale et de la défense, Kais Saïed s’est prévalu du devoir de réserve, arguant que les sujets liés aux stratégies sécuritaires ne peuvent être débattues sur les plateaux de télévision. Il a ainsi fustigé les fuites enregistrées de documents confidentiels en rapport avec la sécurité nationale. Nabil Karoui a pour sa part mis l’accent sur les menaces liées au terrorisme, auxquelles les forces de sécurité font face, aguerries par l’expérience accumulée ces dernières années. Il a affirmé vouloir créer une agence de renseignements unifiée relevant de la présidence de la République, de même qu’il a insisté sur une meilleure application de la loi antiterroriste.

Les deux candidats ont convenu que l’acception de la sécurité nationale devait s’étendre au-delà de la perspective sécuritaire. Kais Saïed plaidant pour le renforcement de l’éducation, seule à même d’endiguer l’extrémisme et le terrorisme, Nabil Karoui a, quant à lui, martelé que la sécurité nationale devait également comprendre la santé, l’agriculture, l’eau et les nouvelles technologies. L’homme d’affaires a assuré vouloir étendre les prérogatives du Conseil de la sûreté nationale aux aspects vitaux pour le citoyen tunisien.

Sur le volet de la politique étrangère, les deux candidats ont convenu que la Tunisie avait des traditions bien ancrées en la matière. Tous deux ont affirmé être opposés à toute normalisation avec l’entité sioniste. Ils ont également revendiqué un rôle plus actif de la Tunisie dans la résolution de la crise libyenne, assurant être disposés à discuter avec toutes les parties engagées dans le conflit.

Kais Saïed a indiqué que la reprise des négociations avec l’Union Européenne concernant l’accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA), devait être conditionnée au respect des intérêts de la Tunisie et de sa souveraineté nationale. Nabil Karoui a, pour sa part, mis l’accent sur la notion de diplomatie économique, assurant que la Tunisie devait se doter des moyens de prospecter de nouveaux horizons, notamment par l’ouverture de lignes aériennes et maritimes vers l’Afrique et l’Amérique Latine. Il a par ailleurs indiqué vouloir élargir la diplomatie économique pour qu’elle se mette en phase avec les évolutions technologiques créatrices d’emploi pour les jeunes.

Sur la question des initiatives législatives, les deux candidats ont revendiqué des différences en termes d’approches et de priorités.

Pour Nabil Karoui, l’initiative législative prioritaire consiste en un projet consacré à la lutte contre la pauvreté, indiquant vouloir établir, à cet effet, un programme auquel toutes les organisations nationales seraient associées.

Kaïs Saïed a, pour sa part, déclaré vouloir instaurer un Conseil supérieur pour l’éducation et l’enseignement, ainsi qu’un plan de restructuration et de développement du secteur de la santé et de la couverture sociale.

Les réactions enregistrées sur les réseaux sociaux ont, semble-t-il, montré que les soutiens de Kais Saïed et de Nabil Karoui ont été confortés dans leurs choix, sans que les abstentionnistes n’aient trouvé un candidat à même de les sortir de leur désintérêt pour ces joutes électorales.

Le débat entre le professeur de Droit constitutionnel et l’homme d’affaires et de médias aura quand même mis une majorité d’internautes d’accord sur l’efficience de l’organisation. S’ils n’ont pas tari d’éloges sur la forme, qui était bien au rendez-vous, leur désenchantement exprimé sur la toile, montre que le fond n’a malheureusement pas suivi.

 

 

 

Mourad Belhaj, Mohammed Maher Ben Romdhane

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Tunisie, tunisie politique, Présidentielle, Nabil Karoui, Kaïs Saïed

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]