Les États Unis s'impatientent face à la situation au Mali

Position exprimée mardi par l’ambassadrice américaine à l’ONU, Kelly Craft, lors d’une réunion du Conseil de sécurité.

 

Le plus dangereux. Les récentes attaques contre ce dernier et contre les forces de défense du Mali ont mis en évidence une grave crise sécuritaire et humanitaire. Cela devrait motiver #UNSC à redoubler d'efforts pour protéger les civils et lutter contre l'instabilité.

Les États-Unis ont montré de l'impatience, mardi, à l'ONU, face à l'évolution de la situation au Mali.

Cette position a été exprimée par l’ambassadrice américaine à l’ONU, Kelly Craft, lors d’une réunion du Conseil de sécurité.

Les récentes attaques contre les forces onusiennes et celles maliennes ont mis en évidence une grave crise sécuritaire et humanitaire, a-t-elle écrit dans une publication sur son compte twitter.

Et de souligner que cette situation "devrait motiver le conseil de sécurité de l'ONU à redoubler d'efforts pour protéger les civils et lutter contre l'instabilité".

"Malgré les efforts louables de la Minusma, la tendance générale (…) est extrêmement préoccupante", a souligné Kelly Craft, lors d’une réunion du Conseil de sécurité.

"Le gouvernement du Mali et les groupes armés signataires (de l’accord de paix) ont fait peu de progrès pour l’appliquer". "Ceci n’est pas acceptable" et "nous ne pouvons continuer à soutenir une mission de paix qui profite aux parties signataires alors qu’elles refusent d’appliquer pleinement leurs engagements", a-t-elle averti.

Répétant une menace ancienne de Washington, Kelly Craft a évoqué implicitement l’idée de mettre un terme à la Minusma, une grosse opération militaire au coût annuel dépassant le milliard de dollars et qui subit régulièrement des attaques meurtrières, rapporte l'hebdomadaire "Jeune Afrique".

"Nous ne pouvons pas laisser passer une autre année sans nous rapprocher de l’application de l’accord de paix", a-t-elle déclaré, ajoutant que "si toutes les parties restent réticentes à sortir du statu quo, alors nous devons être prêts à développer une approche différente" pour le Mali.

La France et le représentant de l’ONU au Mali, Mahamat Saleh Annadif, ont au contraire fait valoir les progrès politiques accomplis, rapporte encore "Jeune Afrique".

"Des avancées significatives ont été enregistrées dans la mise en œuvre de l’accord, notamment en ce qui concerne les réformes politiques et institutionnelles, les questions de défense et de sécurité ainsi que les questions de développement socio-économique", a estimé Annadif cité par le même média.

Au Mali, trois forces interviennent dans le domaine sécuritaire : les 5 000 militaires de la force conjointe antijihadiste G5 Sahel dont le rayon d’action couvre cinq pays (Mali, Burkina Faso, Tchad, Mauritanie, Niger); la force française Barkhane (4 500 militaires), et la force de paix de l’ONU Minusma qui compte environ 15 000 militaires et policiers, précise le média panafricain.

Un Casque bleu de la mission onusienne a été tué et cinq autres ont été blessés dans deux attaques à Aguelhok et Bandiagara, région de Mopti (centre), a annoncé la Mission multidimensionnelle des Nations Unies pour la stabilisation du Mali (Minusma) dans un communiqué dimanche.

Une quarantaine de soldats maliens ont en outre été tuésune semaine plus tôt dans deux attaques contre deux bases militaires près de la frontière avec le Burkina Faso.

 

 

Nadia Chahed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Mali, mali terrorisme, etats-unis afrique, ONU Mali, états-unis défense, états-unis libye, Conseil de Sécurité ONU

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]