RDC / Ebola : l'ancien ministre de la Santé placé en résidence surveillée

Oly Ilunga, ancien ministre de la Santé est soupçonné d'avoir détourné 4 millions de dollars destinés à la riposte contre Ebola.



L’ancien ministre congolais de la Santé Oly Ilunga a été placé en résidence surveillée, mardi soir, par le parquet général près la cour de cassation qui le soupçonne d'avoir détourné quelques 4 millions de dollars alloués par la République démocratique du Congo (RDC) à la riposte contre la maladie à virus Ebola qui a déjà fait près de 2100 morts dans l'est du pays.

Après trois nuits passées au quartier général de la police judiciaire, le médecin et ancien ministre a comparu mardi devant la Cour de cassation qui siégeait en Chambre du conseil.

"Le collectif des avocats du Dr Oly Ilunga Kalenga, ancien ministre de la Santé de la RDC, informe l'opinion nationale et internationale que ce dernier a été assigné à résidence surveillée par ordonnance de la Cour de cassation," a précisé le collectif de ses avocats.

La police avait arrêté cet ancien cadre du parti au pouvoir, à l'époque plus grand parti d'opposition, l'accusant d'avoir tenté de se "soustraire" des poursuites en voulant quitter la RDC via Brazzaville.

Ilunga avait été entendu le 27 août dernier dans le cadre d’une enquête préliminaire. Quelques jours plus tard, il avait fait l’objet d’une interdiction de sortie du territoire.

Il lui est reproché le détournement présumé d’une somme d’environ 4,3 millions de dollars, mise à la disposition du ministère de la Santé par le trésor public pour la lutte contre la maladie à virus Ebola.

Ces soupçons sont intervenus quelques semaines après sa démission du gouvernement le 22 juillet dernier.

Il protestait contre la décision du président Félix Tshisekedi de lui retirer la confiance en nommant un comité national de riposte contre Ebola.

Après sa première audition, Ilunga avait promis de se défendre "avec la plus extrême énergie pour son honneur".

Alors ministre, Oly Ilunga s’opposait à l’introduction d’un deuxième vaccin anti-Ebola fabriqué "par des acteurs qui ont fait preuve d’un manque d‘éthique manifeste”, selon ses mots.

Le vaccin récusé est une fabrication du laboratoire belge Janssen, filiale de l’Américain Johnson et Johnson. Sous Oly Ilunga, l’ONG Médecins frontières avait déploré de stratégies "non adaptées" et "inefficaces" face à Ebola.

Le virus continue de se propager dans les provinces Nord-Kivu et Ituri. Le denier bilan arrêté par le ministère de la Santé le 15 septembre, fait état de 3128 personnes atteintes du virus Ebola, dont 2095 décès et 948 personnes guéries.

 

 

Pascal Mulegwa, Lassaad Ben Ahmed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: ebola, épidémie ebola, République Démocratique du Congo - RDC, réfugiés rdc, rdc santé, rdc gouvernement, ministre de la Santé, oly llunga rdc

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]