RDC : Premier cas d'Ebola à Goma, chef-lieu du Nord-Kivu

Le risque de propagation du virus dans le reste de la ville de Goma "reste faible" grâce à la "rapidité avec laquelle le patient a été identifié et isolé".




Les autorités sanitaires congolaises ont annoncé l'apparition du tout premier cas de fièvre hémorragique à virus Ebola dans la plus importante ville de l'est de la République démocratique du Congo (RDC), Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

Le premier cas dans cette ville frontalière avec le Rwanda et où vivent près de deux millions d'habitants, est un prédicateur protestant originaire du Sud-Kivu voisine et qui est arrivé dimanche à Goma après un court séjour à Butembo, épicentre de l'épidémie.

Dans cette ville épidémique, le prédicateur "prêchait dans une église où il imposait régulièrement les mains aux chrétiens, y compris les malades. Ses premiers symptômes sont apparus le 9 juillet alors qu’il était toujours à Butembo. Il a été suivi par un infirmier à domicile jusqu’à son départ en bus pour Goma le 12 juillet", indique le ministre congolais de la Santé, Oly Ilunga, dans un message officiel.


Arrivé à Goma, il s'est rendu dans une structure sanitaire pour se faire soigner mais "vers 15h, les résultats du test laboratoire ont confirmé qu’il était positif à Ebola", poursuit la même source ajoutant qu'il est "important que la population garde son calme".

Le risque de propagation du virus dans le reste de la ville de Goma "reste faible" en raison de la "rapidité avec laquelle le patient a été identifié et isolé".

La maladie est fortement contagieuse et meurtrière. Pour atteindre Goma, le malade a voyagé à bord d'un bus qui transportait 18 passagers.

Tous ont été identifiés et leur vaccination commencera dès ce lundi 15 juillet, affirme l'autorité sanitaire congolaise.

Cette propagation du virus marque une escalade dans ce sombre épisode sanitaire parti d'une bourgade du territoire de Beni le 1er août 2018.

L'épidémie touche également la province de l'Ituri, frontalière avec l'Ouganda.

Avec 1 655 morts dont 1 561 parmi les 2 383 cas confirmés, cette épidémie est devenue la deuxième plus meurtrière épidémie de l’histoire après celle qui avait frappé l'Afrique de l'Ouest en 2014 ( Plus de 11 000 morts). L'actuelle flambée est la dixième déclarée sur le sol congolais depuis 1976.

La lutte contre Ebola dans le Nord-Kivu , une zone de conflits armés est rendue difficile à cause des résistances communautaires face aux activités de la riposte pilotées par le ministère de la Santé , l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et ses partenaires. Des cas d'attaques contre les centres de traitement d'Ebola et d'agressions contre les agents de santé sont régulièrement signalés.

 

 

Pascal Mulegwa, Lassaad Ben Ahmed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: ebola, épidémie ebola, Goma, rdc santé

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]