Togo: le Gouvernement appelle à la révolte contre la corruption

C'est à l'occasion de la 3e journée africaine de lutte contre la corruption



Le gouvernement togolais a appelé, jeudi, la population togolaise à se révolter contre la corruption.

C'était à l'occasion de la commémoration de la 3e journée africaine de lutte contre la corruption et infractions assimilées.

''Nous demandons aux citoyens de se révolter contre la corruption, puisque ce sont eux qui partagent avec les corrompus et corrupteurs, les factures de la Corruption'', a déclaré Christian Trimoua le ministre togolais des Droits de l'homme chargé des institutions de la République.

Révolter suppose ''de dénoncer les actes de corruption où qu'elles se déroulent''.

Le ministre togolais a insisté sur la contribution de tous à cette lutte pour aider le gouvernement à mettre en œuvre le plan national de développement sur la période de 2018-2022.

Au Togo on est unanime à dire que la corruption est bien présente sans chiffrement.

Mais au plan africain, la corruption coûterait 148 milliards de dollars selon l'Union africaine.

''Si nous sommes d'accord que l'Afrique est le continent le plus riche du fait de ses potentialités, si nous sommes d'accord ce que perd l'Afrique dans la corruption dépasse l'aide publique au développement, nous ne devons pas hésiter un seul instant à nous engager tous à dire NON à la corruption'', a soutenu Essohana Wiyao, le président national de la Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et infractions Assimilées.

"Parce que lutter contre la corruption c'est promouvoir le développement et la lutte contre la pauvreté dans nos pays'', a t-il ajouté.

C’est depuis 2017 que la haute autorité est installée, la lutte contre la corruption qui gangrène l'administration togolaise n'a pas donné assez de résultats. Un appel a été lancé à une tolérance zéro à l'égard de la corruption et à dénoncer sur un numéro vert (8277) tout acte de corruption dans l'administration togolaise.

Le problème du Togo, c'est l'impunité, a reconnu Wiyao appelant le Gouvernement à renforcer sa volonté et l'engagement politique pour aller à l'étape de la punition des actes de corruption.

Des initiatives sont en cours pour y arriver, a rassuré le ministre Trimoua avec un engagement des plus hautes autorités du pays.

Le chef du gouvernement Komi Selom Klassou s'est engagé en janvier 2019 lors de la présentation de son discours-programme à prendre tous les textes nécessaires pour la mise en œuvre de la loi de lutte contre la corruption.

Faure Gnassingbé, président de la République, a réaffirmé cet engagement le 26 avril 2019, lors de la présentation devant les députés de l'état de la nation, annonçant une loi qui porte ''déclaration dès janvier 2020 de la richesse".

''Ces déclarations fortes nous renforcent dans notre engagement et dans notre mission de lutte contre la corruption et infractions assimilées'', a conclu Wiyao.

La journée de commémoration va se poursuivre avec des sensibilisations en ateliers et des caravanes à l'intérieur du pays.

 

 

Alphonse Logo, Lassaad Ben Ahmed

Photographie : Faure Gnassingbé, président de la République du Togo

Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Togo, Lutte contre la corruption

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]