Togo / Municipales : l’opposition dénonce de nombreux cas de fraudes

Mais ne regrette pas d'avoir participé aux municipales du 30 juin



L’opposition togolaise (C14) a dénoncé mardi à Lomé, une série de « fraudes qui a permis au parti Unir, au pouvoir, de s’attribuer 895 des sièges de conseillers municipaux au scrutin du 30 juin dernier.

C’est sa première réaction depuis la publication des résultats provisoires, vendredi soir, par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni).

La déclaration officielle faite face à la presse fait état de « nombreux cas de fraudes, notamment, les bourrages d’urnes attestés par le fait que dans certains bureaux de vote, le nombre de bulletins de vote retrouvés dans les urnes est largement supérieur au nombre de votants, que des délégués de la C14 ont été violentés et renvoyés des bureaux de vote comme c’est le cas dans l’Ogou, dans Kpendjal ouest, dans Tone, dans le Zio où un ancien député Unir a été l’artisan de la manœuvre ».

Elle a déploré aussi des cas d’« achat des votes par la remise d’argent le jour du scrutin à des électeurs, l’achat des membre des bureaux de vote, l’utilisation massive de bulletins prévôtés ».

«Des éléments qui nous amènent à nous interroger sur l’origine de ces bulletins et le rôle de la Ceni et ses démembrements dans la mise à disposition de ces bulletins à un parti qui se trouve être le parti au pouvoir », a déclaré Paul Dodzi Apevon, un des leaders de la coalition.

Et de s’étonner : « le comble de l’immoralité vient du fait que les personnes prises en flagrant délit de fraude et qui sont toutes du parti Unir n’ont nullement été inquiétées. Les rares qui ont été arrêtés et remis à la gendarmerie, ont été relâchées sur ordre des premiers responsables de ce parti ».

La coalition de l’opposition C14 a soutenue que la machine a fraude du parti Unir au pouvoir, a été renforcée par la privation des «délégués de l’opposition dans les bureaux de vote des procès verbaux des résultats, en violation du code électoral ».

« Malgré toutes ces anomalies et fraudes, la C14 ne regrette pas d’avoir pris la décision courageuse de participer à ces élections », a affirmé Brigitte Kafui Adjamagbo Johnson, coordinatrice de la coalition.

Cette étape du processus vers l’instauration de la démocratie par l’alternance à l’horizon 2020 s’achève, selon elle, avec « la démonstration de l’extrême vulnérabilité matérielle d’une frange importante des électeurs appauvris par le régime, la démotivation d’une immense proportion de la population comme en témoigne le faible taux de participation ».

Les résultats proclamés par la Ceni, vendredi soir, donnent sur les 1490 mis en jeux dans 114 communes, 131 conseillers municipaux à la coalition, 134 pour l’Alliance nationale pour le changement et 895 pour le parti au pouvoir.

La C14 a précisé, mardi, à la rencontre avec la presse que son score lui donne en somme 136 conseillers municipaux, et appelle les autres partis de l’opposition à s’unir pour pouvoir diriger « ensemble des communes ».

La Cour suprême du Togo chargée de publier les résultats définitifs dans les 10 jours après la clôture des recours s’est déjà mise au travail pour ajuster les résultats. 39 recours dont ceux de la C14 ont été déposés en contestation des résultats.

 

 

Alphonse Logo, Lassaad Ben Ahmed

 

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Togo, municipales

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]