Algérie: Bensalah annonce qu'il chargera des personnalités indépendantes de mener le dialogue

Loin des institutions étatiques et de l'armée, pour organiser l'élection présidentielle.

 

Le président algérien par intérim, Abdelkader Bensalah, a annoncé, mercredi soir, qu'une équipe de personnalités indépendantes dotées d'une "autorité morale" sera chargée de diriger un dialogue national, dotée de pleins pouvoirs, à l'écart des institutions étatiques et de l'armée, afin de mettre en place les conditions nécessaires à la tenue d'élections présidentielles dans les meilleurs délais.

C'est ce qui ressort d'un discours télévisé prononcé par Bensalah à l'occasion du 57ème anniversaire de l'indépendance du pays (5 juillet 1962).

"Le processus de dialogue qui sera lancé incessamment, sera conduit et mené en toute liberté et en toute transparence par des personnalités nationales crédibles, indépendantes, sans affiliation partisane et sans ambition électorale", a déclaré Bensalah sans dévoiler les noms des membres de l'équipe.

"Le dialogue devra nécessairement se concentrer sur l’unique objectif stratégique que constitue l’organisation de l’élection, qui devrait se tenir à une date la plus rapprochée possible", a-t-il ajouté.

"L'État dans toutes ses composantes, y compris l’institution militaire, ne sera pas partie prenante à ce dialogue et observera la plus stricte neutralité tout au long du déroulement de ce processus". Il se contentera de mettre tous les moyens matériels et logistiques à la disposition du Panel de personnalités, qui décidera lui-même des modalités de son fonctionnement", a-t-il souligné.

Le président par intérim a toutefois indiqué que "les participants au dialogue auront la liberté de discuter et de débattre des conditions à réunir pour garantir la crédibilité du scrutin et aborder l’ensemble des aspects législatif, réglementaire et organisationnel de cette élection, y compris le déroulement du calendrier électoral, ainsi que les mécanismes de son contrôle et de sa supervision".

"Le dialogue doit axer ses discussions sur l’organe ou l’autorité électorale indépendante à mettre en place et qui aura pour mandat d’organiser et de contrôler le processus électoral dans toutes ses étapes", a-t-il martelé.

"Il s’agira de débattre et d’arrêter la configuration de cette entité et de fixer ses missions et attributions, son mode d’organisation et de fonctionnement ainsi que sa composante, y compris, éventuellement, les personnalités consensuelles qui vont la diriger", a ajouté le président algérien, selon l'agence de presse algérienne (SPA, Officiel).

 

Selon le même discours, il sera également nécessaire d’examiner l’articulation entre cet organe qui sera créé et la Haute instance indépendante de surveillance des élections, prévue par la Constitution, dont il est possible de revoir la composition".

Bensalah a souligné que "l'élection présidentielle reste la seule solution démocratique viable et raisonnable" pour transcender les écueils de cette étape cruciale de l'histoire de l'Algérie".

 

 

 

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Algérie

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]