Niger : des manifestants saccagent une église à Maradi

Ils protestaient contre l’arrestation d’un imam.

 

Des manifestants ont saccagé une église à Maradi, au centre du Niger, en protestation à l’arrestation de l’Imam d’une mosquée, ont rapporté plusieurs sources.

«L’interpellation du leader religieux a été suivie par de violentes manifestations dans la nuit de samedi 15 à dimanche 16 juin, avec le saccage d’une église dans le quartier de Zaria », a rapporté le site «Actuniger».

Le leader religieux a été arrêté suite à un sermon, prononcé à l’occasion de la grande prière de vendredi, dans lequel il a vivement critiqué un projet de loi gouvernemental sur des réformes à apporter sur la pratique du culte au Niger, a précisé la même source.

Dimanche, le leader religieux a été libéré, suite à des négociations menées par ses collègues auprès des autorités régionales, a rapporté le journal local «Le Souffle de Maradi».

D’après le même média, les autorités de Maradi et les leaders des différentes associations islamiques sont allés présenter «leur compassion et leur soutien» à la communauté chrétienne de Maradi, suite au saccage de l’église.

Dimanche, les députés nigériens devaient débattre d’un projet de loi gouvernemental sur l’organisation du culte au Niger. Dans des sermons lors de la prière de vendredi et à travers des prêches relayés par les réseaux sociaux, des imams ont reproché au texte gouvernemental d’être un «complot» contre l’islam, précisant qu’il a été adopté à l’issue d’une rencontre financée par des pays occidentaux.

Suite aux événements survenus à Maradi, le premier ministre Brigi Rafini a rencontré, dimanche, les principales associations islamiques du Niger.

Dans une déclaration publiée à l’issue de la rencontre, les représentants des associations islamiques ont appelé au calme et indiqué avoir fait des propositions qui seront prises en compte par le gouvernement dans le projet de loi sur le culte.

En 2015, suite à la participation du président Issoufou Mahamadou à la manifestation de soutien au journal français «Charlie Hebdo», victime d’une attaque après la publication des caricatures du prophète Mohamed (PSL), plusieurs villes nigériennes ont connu des manifestations violentes.

De nombreuses églises avaient été saccagées et brûlées et une dizaine de personnes avaient été tuées.

Selon des statistiques non officielles, près de 95% de la population nigérienne sont de confession musulmane.

Voisine des régions nigérianes de Kano et Zamfara, la région de Maradi est l’une des régions nigériennes où la religion musulmane est très ancrée.

 

 

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]