RCA: La Minusca mène une opération pour sécuriser la population dans l'ouest

Publié par Nadia Chahed le . Publié dans Actualité Afrique

Le but est de répondre à la crise déclenchée par les attaques perpétrées par le groupe armé 3R le 21 mai dernier et dont le bilan a été de 34 morts.

 

 

La Mission onusienne en République centrafricaine (Minusca) a annoncé samedi le lancement, depuis jeudi, de la seconde phase de l'opération "Wegnnyen negoye" (marteau en Sango) dans la région ouest du pays pour répondre à la crise déclenchée par les attaques perpétrées par le groupe armé 3R( Retour, Réclamation et Réhabilitation ), le 21 mai dernier.

Ces attaques, notamment dans les villages de Lemouna et Koundjili, à environ 50 km de Paoua, préfecture de l’Ouham-Pendé, ont fait 34 morts, y compris celle d’un enfant, en violation flagrante de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en RCA, précise la Minusca dans un communiqué publié samedi sur son site.

Le but de l’opération "Wegnnyen negoye" est d’assurer la protection des civils dans la zone, prévenir de nouvelles attaques, affrontements ou tentatives de représailles et d’arrêter tout mouvement d’éléments armés dans la zone. L’opération prévoit, entre autres, la mise en place de bases opérationnelles temporaires dans certaines localités, indique la même source.

Le 25 mai, le Gouvernement centrafricain a exigé du 3R le démantèlement de toutes ses bases et barrières dans la zone des attaques, ainsi que la remise, dans un délai de 72 heures, des présumés auteurs des crimes, rappelle la Minusca.

Notant que le groupe armé a reconnu sa responsabilité dans les attaques, en présentant des excuses publiques, en remettant à la justice trois de ses éléments présumés coupables des attaques et en réduisant sa présence à Bohong, Bokaya et Létélé, la Minusca exige, toutefois, que le 3R rende tous les éléments qui ont joué un rôle dans les attaques du 21 mai et collabore pleinement avec les enquêtes en cours.

La Mission attend aussi que le 3R s’engage à se démobiliser et désarmer immédiatement dans le cadre du Programme national de DDRR et à participer dans la formation des unités spéciales mixtes de sécurité prévues par l’Accord, indique le même communiqué.

La Minusca indique, en outre, qu'une mission conjointe composée de quatre membres du Gouvernement centrafricain, du Représentant spécial du Président de la commission de l’Union Africaine (UA), du Représentant du Secrétaire général de la Communauté économique des états de l’Afrique centrale (CEEAC) et du Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations unies s’est rendue vendredi à Niem-Yéléwa où elle a rencontré Sidiki, le leader de 3R.

Ce dernier a dit vouloir collaborer avec la justice dans le cadre de l’enquête sur les violences du 21 mai, selon la même source.

La Minusca lance, enfin, un nouvel appel à tous les groupes armés afin qu’ils respectent leurs engagements dans le cadre de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation, et dans la cessation de tous les abus et violations.


 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer